Des cadavres jonchent la ville de Bafoussam
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Des cadavres jonchent la ville de Bafoussam :: CAMEROON

Ce phénomène est dû aux assassinats des personnes victimes soit, de la vindicte populaire, soit d’actes criminels.

Le corps d’un quinquagénaire a été retrouvé au petit matin du 3 avril dernier, au bord d’un petit cours d’eau, dans un quartier de la ville de Bafoussam. Quelques semaines plus tôt, la dépouille sans vie du prénommé Antoine, la trentaine entamée, a été retrouvée en fin de semaine dernière dans un buisson, non loin du quartier Tyo-ville, près d’une école primaire située dans l’arrondissement de Bafoussam 2e. D’après des témoignages, ce dernier aurait été copieusement tabassé par ses bourreaux qui ont fondu dans la nature après avoir commis leur forfait. 

Des cadavres de plus qui s’ajoutent à une liste déjà importante de corps non identifiables abandonnés dans les rues de la région de l’Ouest, depuis plusieurs semaines. Pour la plupart, ces personnes sont décédées par pendaison, sont des victimes de vindicte populaire, ou encore des morts suspectes. Des cas d’agression sont de plus en plus enregistrés. Un doigt accusateur est pointé les voleurs de motos qui frappent de plus en plus dans le chef-lieu de la région de l’Ouest.

« Dans la nuit du 28 au 29 mars 2021, j’ai été braqué par trois gars en cagoule qui m’ont torturé avant de me subtiliser mon engin », explique M. Deffo, conducteur de moto. Il poursuit d’ailleurs en disant qu’une embuscade a été tendue et son voleur a été repéré et pris au piège avant d’être brûlé vif dans la nuit et comme il n’y avait pas d’intervention, la victime n’a pu être sauvée. Des observateurs de la scène s’accordent à dire que très souvent, lorsqu’on présente des concernés aux forces de l’ordre, ces derniers se retrouvent très vite dehors, on ne sait comment. 

Toute chose qui suscite une perte de confiance en la justice de la part des populations. Celles-ci préfèrent se rendre justice par elles-mêmes. Face à cette situation, le gouverneur de la région du soleil couchant, Awa Fonka Augustine a manifesté son mécontentement face à ce phénomène qui, selon lui, résulte des actes inciviques.

« S’agissant des pendaisons et des corps abandonnés qui sont, pour la plupart découverts dans un état de putréfaction avancée, le numéro un de la région de l’Ouest invite les populations à faire, plus que par le passé, preuve d’humanisme et de solidarité. Quant à la vindicte populaire, il a rappelé aux populations que celle-ci est formellement proscrite par la loi et les invite à se référer uniquement aux autorités compétentes pour toute récrimination » a indiqué le chef de terre dans un communiqué rendu public, il y a quelques jours. 

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo