Une semaine après ... : Polémique autour du décès de Paul Eric Kingué
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Une semaine après ... : Polémique autour du décès de Paul Eric Kingué :: CAMEROON

Entre ceux qui jurent que le défunt maire de Njombé-Penja est mort de Covid-19 et ceux qui brandissent l’argument de la mort subite, chacun y va de son commentaire. 

La mort de Paul Eric Kingué a surpris et tétanisé plus d’un observateur de la scène politique sociopolitique camerounaise. Selon les sources de l’hôpital où il fut interné, en l’occurrence le Centre des maladies respiratoires sis en face de la résidence du gouverneur à Bonanjo, il est mort du Covid-19. Par contre selon les proches du défunt, après un accès palustre déclenché une dizaine de jours plutôt, auquel s’est ajouté le mal de ventre quelques jours après, ces sources ne semblent pas corroborer la thèse selon laquelle le sulfureux maire de Njombé-Penja serait mort de la terrible pandémie. Ils en veulent pour preuve la célérité et le flou qui ont entouré le test effectué et les résultats rendus publics le jour même de son décès. 

Ces témoignages des proches du défunt et d’autres membres des familles ayant perdu les leurs dans les circonstances similaires inquiètent de nombreux camerounais qui ne comprennent toujours pas pourquoi ces morts subites. Toute chose qui remet au goût du jour la question du diagnostic même de cette maladie et les résultats qui en sortent. Sinon, comment comprendre que PEK soit déclaré mort du Covid-19 le 22 mars 2021 alors même que selon les témoignages de son premier viceprésident du parti, il avait un palu et la grippe, auquel s’est ajouté un gastro-entérique quelques jours plus tard, ce qui pousse certaines langues à conclure une thèse d’empoissonnement.

Les exemples du complot-tests du Chan 2021 L’actualité retient que dans la foulée des tests du championnat d’Afrique des Nations déroulé au Cameroun courant fin janvier début février 2021, six joueurs de la République démocratique du Congo avaient été déclarés positifs selon les tests effectués par l’hôpital Laquintinie de Douala. Peu après, des six joueurs déclarés positifs, il n’y a que deux qui ont été confirmés positifs par d’autres tests de la Caf. Ce qui emmène à se poser la question de savoir combien de camerounais à ce jour ont été victimes de faux diagnostics et enterrés aussi hâtivement loin de leurs familles et loin de leurs villages. 

Selon le témoignage de Me Manfo René, 1er vice-président du Mouvement patriotique pour un Cameroun Nouveau, parti politique qui a permis à Paul Eric Kingué de conquérir deux mairies – Njombé-Penja et Dibombari, la manière avec laquelle la dépouille a été manipulée de la morgue de l’hôpital militaire de Bonanjo jusqu’à l’enterrement en passant par son domicile à Njombé-Penja, sans précautions sanitaires idoines et sans mesures barrières, laisse à s’interroger.

« Et si à ce jour aucun cas de Covid ne s’est encore signalé parmi ceux qui ont manipulé le corps y compris moi-même, il y a lieu de s’interroger sur les causes véritables du décès de mon président Paul Eric Kingué », conclut celui qui assure l’intérim du Mpcn en ce moment jusqu’à la tenue du prochain congrès du parti du défunt maire de Njombé-Penja. 

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo