Can 2021  Yaoundé:  vers un nouveau retrait de l’organisation
CAMEROUN :: SPORT

CAMEROUN :: Can 2021 Yaoundé: vers un nouveau retrait de l’organisation :: CAMEROON

L’infrastructure principale prévue pour accueillir la Coupe d’Afrique des nations de football 2021 dans la capitale camerounaise est à moitié réalisée. Dans le même temps, le chantier est en arrêt depuis plusieurs mois.

La construction du Complexe sportif d’Olembe, situé à la sortie Nord de la ville de Yaoundé, a du plomb dans l’aile. A neuf mois du début de la Coupe d’Afrique des nations (Can) de football prévue en janvier 2022, l’infrastructure n’est pas livrée selon le calendrier arrêté entre le gouvernement camerounais et l’entreprise canadienne Magil.

La livraison du stade principal prévue au mois de novembre 2020 n’a pas eu lieu à ce jour. Des sources proches de l’entreprise, maître d’œuvre indiquent que 87% de l’ouvrage est réalisée. Dans le même temps, les deux stades annexes jouxtant l’infrastructure principale attendent encore la réalisation de plus d’un quart des travaux attendus, alors que les ouvrages étaient attendus en août 2020. Logés dans le sous-sol du stade d’Olembe, l’hôtel quatre étoiles et le centre commercial sont à l’étape embryonnaire.

Les installations de l’hôtel prévu au Complexe sportif d’Olembe atteignent à peine 50 % de taux d’exécution. Situé dans le même espace, le centre commercial connait un taux de réalisation de 60%, selon les données auxquelles Camer.be a eu accès. Les deux ouvrages logés dans l’enceinte du stade d’Olembe devaient être livrés en février 2021. Ouvrage d’embellissement externe du Complexe sportif d’Olembe, la voirie et les espaces verts attendus en novembre 2021 sont a 12% de leur taux de réalisation. Le gymnase et la piscine olympique respectivement attendus en novembre 2021 et février 2022 ne semblent pas à l’ordre du jour.

Chantiers en arrêt

Les travaux de construction du complexe sportif d’Olembe sont arrêtés depuis le mois de novembre 2020. A date, plus d’une dizaine d’entreprises prestataires se sont retirées du site. L’entreprise canadienne en charge de la réalisation de l’ouvrage tourne au ralenti. Les principaux responsables ayant plié bagages. Dernier directeur du projet du Complexe sportif d’Olembe, l’ingénieur belge, Mark Deband a été limogé par le management de Magil. Constructeur de plusieurs stades sur le continent, le technicien donnait des gages de livraison de l’infrastructure en septembre 2021.

Le top management de l’entreprise Magil est peu ouvert aux sollicitations de la presse. En l’absence de son président directeur général pour le Cameroun Franck Mathiere, par ailleurs vice président de la coopération internationale du consortium, aucun cadre en place ne se prononce sur la situation qui prévaut au complexe sportif d’Olembe. Les responsables locaux soutiennent néanmoins que l’entreprise a engagé 10 millions de Dollars depuis la signature du contrat avec le gouvernement camerounais, début 2020.

Crise de trésorerie

Des sources proches du chantier de construction du complexe sportif d’Olembe indiquent que le projet connaît une crise de trésorerie depuis septembre 2020. L’entreprise canadienne n’entend pas investir un sou de plus dans le chantier. Le gouvernement camerounais et l’entreprise Magil sont liés par un contrat estimé à 55 milliards de Francs Cfa. Les clauses prévoient que le gouvernement camerounais apporte 17 milliards de Francs Cfa et le reste doit être levé par l’entreprise Magil.

Au sein du gouvernement, l’on explique qu’un décret signé par le chef de l’Etat camerounais, en mi février 2021, met à disposition la contrepartie du Cameroun. Seulement, la procédure de mise à disposition desdits fonds oppose les deux parties contractantes. L’entreprise canadienne exige que les fonds soient logés dans une banque domiciliée au Canada. Une requête à laquelle n’adhèrent pas les officiels camerounais.

Les cadres de l’entreprise Magil au Cameroun n’expliquent pas les contours de cette exigence. Une source proche de la direction de l’entreprise canadienne confie que «cette affaire est gérer entre le Pdg et le ministre des sports.» De même que les employés de Magil indiquent être en cessation de paiement des salaires depuis de nombreux mois. Au sein du gouvernement camerounais, l’on met en exergue la durée de la procédure qui pourrait impacter sur les délais de livraison de l’infrastructure.

Chantier déserté

Les effets de la crise sont perceptibles sur le chantier d’Olembe. Seule une poignée de prestataires résistent. Sur le millier et plus des ouvriers présents sur le site au mois de novembre 2020, difficile de dénombrer une centaine au 25 mars 2021. L’essentiel des prestataires soulignent l’absence de paiement des factures dues par le maître d’œuvre Magil. De même que les prestataires du Complexe sportif d’Olembe craignent que le rapatriement des fonds exigés par l’entreprise canadienne ne leurs parviennent pas.

A visages voilées, des techniciens recrutés par l’entreprise canadienne évoquent l’éventualité pour l’entreprise de modifier les caractéristiques techniques de l’ouvrage. Une rumeur selon les cadres locaux de Magil. De même que techniciens proches de Magil et prestataires prévoient que l’ouvrage soit livré en décembre 2021, «selon les pronostics les plus optimistes». Reste alors l’option de la redistribution des tâches énoncées par des spécialistes locaux du Btp. «Une option qui consiste à réattribuer des chantiers aux prestataires capables de tenir les délais de livraison.»

Le spectre d’un second retrait de la Can

La crise entre le gouvernement camerounais et l’entreprise canadienne en charge des travaux de finitions du Complexe sportif d’Olembe fait suite à celle qui avait opposée le Cameroun à l’entreprise italienne Gruppo Piccini. Le contrat entre l’entreprise italienne et le gouvernement camerounais a été résilié début 2020 pour clauses non respecté par l’entreprise. Le chantier prévu pour 30 mois n’avait pas été livré par l’italienne qui indique avoir consommé 110 milliards de Francs Cfa sur l’enveloppe globale estimée à 162 milliards de Francs Cfa. Une affaire qui fait l’objet d’un litige entre les deux parties.

Le gouvernement garde bon espoir que la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2021 aura lieu au Cameroun à partir du mois de janvier 2022. L’état des lieux du chantier du Complexe sportif d’Olembe, lui, ne conduit pas au même optimisme. Le 30 novembre 2018, le pays s’est

vu retirer l’organisation de la compétition par la Confédération africaine de football (Caf). Le comité exécutif de la Caf avait alors soulevé les retards constatés dans la construction des infrastructures. Rendu à la fin mars 2021, l’infrastructure principale prévue pour accueillir la prestigieuse compétition continentale de football affiche un taux d’exécution global de ses infrastructures de 58%. Dans le même temps, tous les chantiers sont en arrêt depuis le mois de novembre 2020.

Lire aussi dans la rubrique SPORT

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo