L’affaire Messanga Nyamding
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: L’affaire Messanga Nyamding :: CAMEROON

Depuis son affectation lundi dernier comme enseignant à l’université de Ngaoundéré, le « Biyaiste » dit craindre pour sa sécurité. Entretemps une mobilisation a été lancée pour son accueil dans le Grand- Nord

Depuis ce lundi 22 mars 2021, Charlemagne Messanga Nyamding, enseignant d’Université a été affecté comme enseignant à la faculté juridique et politique de l’Université de Ngaoundéré. La semaine dernière, il a été limogé au poste de chef de département pour le développement de l’intégration et de la coopération à l’Institut international du Cameroun (Iric). Ces deux dernières décisions concernant ce membre titulaire du Comité central du Rdpc ont été signées par son camarade de parti, Jacques Fame Ndongo, le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur.

Après son affectation à l’université de Ngaoundéré lundi dernier, l’universitaire n’est pas resté silencieux. Dans un post, l'ex chef de département pour le développement de l´intégration et de la coopération a l´Iric, dit ne pas comprendre l'acharnement sur sa personne, lui qui aura donné tout au parti. Lequel acharnement a commencé selon lui, avec son audition au Sed le 9 mars 2021. Depuis lors, il indique qu´aucun jour ne passe sans qu´il ne reçoive des menaces de mort ou intimidations administratives, jusqu' à la décision ministérielle du 22 mars 2021. 

Le membre titulaire du comité central du Rdpc, dit craindre pour sa vie

Une affectation qu´un enseignant de l´Université de Yaoundé 1, met sur le coup des sanctions infligées au Professeur Charlemagne Pascal Messanga Nyamding. « Afin que nous n´ayons pas l´occasion de douter que nous sommes encore dans une République. En attendant d´en scruter les fondements qu´on aurait dû soumettre au principe de publicité pour des raisons pédagogiques afin que nul n'en ignore, nous pensons qu´on n´a pas raison de croire que la partie septentrionale du Cameroun est l´enfer dans lequel sont destinés les âmes qui se rendent coupables de déplaire ceux qui se prennent pour les maîtres et les possesseurs du Cameroun et qui, pour cette raison, se figurent avoir le droit de vie et de mort sur les autres. Même lorsqu´on fait l´effort de contourner les problèmes dont s´accompagne la casuistique, on n´arrive pas à comprendre la raison d´être de la mobilisation de la pornographie de la violence contre un individu qui n´est ni le plus fougueux ni le plus sulfureux de ceux qui enseignent dans les Universités d´Etat », écrit le Pr Lucien Ayissi. 

En espérant que les compatriotes de la partie septentrionale ne prendront pas cette affectation disciplinaire comme une insulte, Lucien Ayissi espère que les « maitres » du pouvoir apprendront à respecter à l´avenir les maîtres du savoir. En attendant l´arrivée du Pr, le Dp du journal Education hebdo, lance un appel à la mobilisation, depuis l´annonce de sa mise à la disposition de l´Université de NGaoundéré pour accueillir chaleureusement l´enseignant. « Lancer dès maintenant la campagne en ligne le hachtag DjabbamaProf- Messanga sur toutes les plateformes numériques. Réserver un accueil chaleureux au compatriote qui arrive. A N’Gaoundéré pour la prise de service et à N’Gaoundéré pour l´exercice de sa mission. 

Qu´on lui fasse  des réservations de visite de courtoisie dans nos chefferies traditionnelles et qu´il y ressorte avec des tenues bien brodées. Non, il n´est pas envoyé en enfer, il est affecté chez nous. Donnons-lui le privilège d´être mieux chez nous qu´ailleurs. Faisons tout sans injure. C´est une campagne citoyenne d´accueil d´un compatriote chez nous, chez lui», écrit Jonas Yedidia Alirou. Guibai Gatama, le Dp du journal l’oeil du Sahel a promis un billet d’avion à l’universitaire qui vient d’être affecté à l’annexe de la faculté juridiques et des sciences politiques de l’Université de Ngaoundéré à Garoua

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo