Musique : ‘‘EP’’ de Bel’yv présenté à la presse
CAMEROUN :: MUSIQUE

CAMEROUN :: Musique : ‘‘EP’’ de Bel’yv présenté à la presse :: CAMEROON

Elle a du talent et elle l’a prouvé devant tout le monde. Effectivement, Bel’yv est une réelle bénédiction pour la musique camerounaise. Sa maitrise et son style séduisent toutes les personnes qui l’écoutent.

Ce Samedi 20 Mars 2021 au Clavio, lorsqu’il était 20h plus précisément, a eu lieu une conférence de presse plus un show live de cette jeune artiste très prometteuse. Ceci dans l’optique de présenter son mini album de dix titres à la presse et au public. Pur produit de Sessua Entertainment, la petite protégée de Tony Nobody nous a livré une prestation XXL en live. Un état d’esprit, une maturité extrême affichée face à ses grands tel que TZY Panchak ou encore Stanley Enow tous présents pour l’occasion et qui n’ont pas hésité à la féliciter et l’encourager.

Une Nouvelle Bel’yv

Agée de 26 ans, Bel’yv renait dans la musique. De son vrai MONEY Oyoua Belinga Yvana Thérèse, notre jeune artiste veut imposer et s’imposer. Artiste Chanteuse du genre Afrobeat, Afropop, Soul etc. Bel’yv revient avec un mini album « EP ». En effet, après un petit break suite à son accouchement, elle revient en tant qu’artiste solo. Faisant partie de Mo’girl depuis plus de 7 ans, elle se fera beaucoup remarquer. Surtout en 2014 avec ce featuring avec Dj Arafat. Sa grossesse viendra tout changer puisqu’elle fera un break pour s’occuper de sa fille qui est âgée de 6 ans aujourd’hui. Un break qui lui aura permis de se ressourcer et de revenir plus aguerrie et plus forte. Elle revient donc avec une particularité musicale, s’inspirant des richesses du Cameroun. Elle a donc changé de manière d’écrire et de vision. L’époque des ‘‘Mo’girls’’ n’est donc désormais qu’un souvenir. Place à la nouvelle Bel’yv.

Un show live extraordinaire

Elle a été très impressionnante en live, très peu d’artistes peuvent faire pareil. En effet, lors de cette conférence de presse après avoir répondu à quelques questions de journalistes, Bel’yv nous a présenté les dix titres de son « EP » en show live au Clavio. Il n’y avait que du bonheur et des émotions. Accompagnée par un orchestre talentueux, elle a su séduire le public. Débutant par des musiques plutôt d’amour, elle a réussi captiver tout le monde par ses titres Assimba, sans visa, Fidèle. L’implication de sa vie dans sa musique donne un autre goût plus appétissant à celle-ci (musique). Une musique dans laquelle elle soulève des problèmes récurrents qui minent la société camerounaise comme le tribalisme. Son titre Bamileke en est très bien l’illustration et le parfait exemple. En effet à travers ce titre, elle raconte son histoire, une histoire d’amour gâchée par le tribalisme. Une histoire qui meurt car sa famille ne veut pas d’un bamileke et la famille de son copain aussi ne veut pas d’une fille d’ailleurs.

Par la suite, c’est au tour du titre mbedi(pitié) d’être chanté, décortiquer. Bel’yv a expliqué qu’à travers ce titre, elle raconte l’histoire d’un homme violent qui supplie sa femme de revenir. Elle dénonce la violence des hommes tout en expliquant qu’ils méritent une seconde chance, qu’il faut avoir pitié d’eux. Sa reprise du titre Sophie de Dina bell fût l’un des moments forts de son show live. En effet, chantant parfaitement cette musique, qu’elle a eu à reprendre avec le grand Dina bell, on aurait dit que cela lui appartenait. Tellement elle exécutait cela avec amour et passion que le public a été profondément touché.  Un public touché aussi par les paroles du single dédicacé à sa petite fille, qui est en partie la responsable de ce qu’elle est aujourd’hui. En partie car c’est elle qui lui aurait fait faire un break l’empêchant ainsi de finir son album.

La renaissance de la culture

Dans l’introduction de la soirée, Tony Nobody a rappelé à quel point il est important de soutenir notre culture. Il pense qu’il faut réécrire l’histoire du Cameroun à travers Bel’yv. Car elle représente au mieux ce pays. Et pour cela, les politiciens doivent s’impliquer. Raison pour laquelle il a pris le soin d’inviter Mr Hervé Emmanuel Nkom et Celestin Djamen.
 
Il poursuit en déclarant : « il faut dire aux politiciens de ne plus faire la politique au Cameroun en oubliant la culture, en la laissant de côté ». Dans sa suite, il souligne donc cette importance de la culture que tout le monde néglige. Célestin Djamen ira dans la même logique que lui en affirmant : « Un pays qui n’a pas de culture, est un pays qui n’a pas d’âme »

Après le show live, tout le monde s’est séparé après avoir partagé un repas ensemble.

Lire aussi dans la rubrique MUSIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo