Journée internationale de la femme: Après un repas copieux et bien arrosé, il abandonne sa compagne
CAMEROUN :: INSOLITE

CAMEROUN :: Journée internationale de la femme: Après un repas copieux et bien arrosé, il abandonne sa compagne :: CAMEROON

Pensant ce matin à l'occasion de la célébration de la journée internationale des droits de la femme, lui offrir un moment de plaisir autour d'un verre, il a fini dans les bras d'une malheureuse bienfaitrice. Illustration cet après-midi du 08 mars 2021 à Douala, chef lieu de la capitale économique du Cameroun.

Il était presque 14h quand le conducteur de moto taxi, José plus connu dans la localité de Bonaberi sous le pseudonyme de "Petit Piment", 30 ans,à l'occasion de la célébration de la journe internationale des droits de la femme, emmène sa compagne à moto au restaurant "Petit coin de plaisir" du quartier Bonassama à Douala. 

Au restaurant, il boit, boit et re-boit... sa compagne aussi. Mais au moment de repartir, patatras.

Aux environs de 16h, il est ivre, après avoir bu un casier de bières. Après son envolée éthylique, il a décidé d'aller finir son aventure de "soulèvement de Kaba" dans une auberge du coin

Sur le chemin, madame ne tient plus sur la moto, elle tombe et se blesse. Entre-temps, Petit Piment est parti, ne sachant pas que sa compagne ne se trouve pas sur sa moto. Les voisins  le retrouvent au niveau du pont sur le Wouri, en direction du Rond Point Deido en train de  zigzaguer. S'étant rendu compte que sa compagne ne se trouvait pas derrière lui, vue la foule qui était à sa poursuite, il a tenté de  prendre la tangente par un chemin qui mène au Collège Alfred Saker. Inconscient, il s'est retrouvé au sol. Les âmes de bonne volonté vont le relever.  

Pris de panique, les yeux fermés, le motocycliste soûlard doit s'agripper sur une malheureuse dame venue à sa rescousse, croyant que c'est sa compagne, le taux d'alcool ingurgité étant au contrôle. La foule en furie a décidé d'en découdre avec lui. Il n’a dû son salut qu’à l’intervention prompte des gendarmes qui étaient de passage. Comme quoi, «  alcool, alcool, quand tu nous tiens, on peut bien dire adieu prudence.  » La Fontaine continue d’inspirer des fables de notre quotidien, et pas les plus romantiques qui soient.

Lire aussi dans la rubrique INSOLITE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo