Crise anglophone : Une vidéo montrant des militaires camerounais torturant un homme, choque la toile
CAMEROUN :: SOCIETE

Crise anglophone : Une vidéo montrant des militaires camerounais torturant un homme, choque la toile :: CAMEROON

La communauté cybernétique camerounaise sous le choc. La scène se déroule dans l'arrondissement de Ndu, département du Donga Mantung, région du Nord-Ouest  Cameroun.

Depuis les premières heures de cette matinée du 14 février 2021, une vidéo virale circule abondamment sur les réseaux sociaux.

Elle montre des militaires camerounais engagés dans la guerre contre les combattants sécessionnistes anglophones, en train d'infliger des sévices corporels et des traitements humains dégradants, à un jeune à qui, il serait serait difficile d'attribuer 30 ans.

Des éléments de l'Armée camerounaise tentent  par tous les moyens, de lui arracher des aveux : coups de matchettes sur le dos, sur la plante des pieds, coups de rangers sur la terre. Frappe avec des fusils. Tout est mis à contribution. L'on craint le pire à tout moment : la fusillade. Des sévices corporels bonifiés par des seaux d'eau que ces militaires versent sur lui. Les cris déchirants du présumé sécessionniste, laissent ses bourreaux indifférents. 

Les tortionnaires ne s'entendent pas cependant sur le sort final à réserver au jeune homme. Un des éléments de l'armée camerounaise insulte le jeune homme en beti, une langue nationale parlée dans les régions du Centre et du Sud du pays. Ce dernier n'a visiblement aucun égard pour la vie du jeune.

Les militaires qui alternent français et pidgin english ( sorte d'anglais mélangé aux langues locales), répondent à la victime qu'ils ont le loisir de lui donner la mort, et de l'enterrer dans le secret. Plus curieux, dans la vidéo, l'un des militaires évoque ( peut-être inconsciemment), la notion de présomption d'innocence, en déclarant " on ne sait même pas si c'est un Ambaboy ou non". Ambaboy  c'est le nom donné aux combattants sécessionnistes anglophones dont l'État fantôme s'appelle l'Ambazonie.

Dans ses réponses, le jeune homme torturé répond qu'il n'est pas sécessionniste, mais plutôt son frère. Les militaires lui demandent de dire où ce dernier se trouve.

Selon le site d'informations Eagle News Africa, le jeune homme torturé, s'appellerait Jean Fai Bongong, et habiterait le quartier Canty à Ndu, près du collège Joseph Merrick Baptist. Le site d'informations qui dit avoir contacté la famille du jeune homme torturé par l'armée camerounaise, dit s'être fait dire que personne ne sait si le jeune a été tué ou non, puisque selon le média qui rapporte les propos de la famille, le nommé Fai Jean Claude, serait toujours entre les mains de l'armée.

En depit de nombreuses réactions de désapprobation de l'opinion publique, dont certains leaders d'opinion qui n'ont pas hésité à sortir leur plume pour dénoncer cette barbarie venant d'une armée régulière et toujours donnée à grand renfort de propagande comme  "professionnelle et respectueuse des droits de l'Homme", le ministère camerounais de la Défense, n'a pas encore réagi.

Bien d'observateurs pensent que l'acte des militaires camerounais va encore  corser les hostilités, et éloigner d'une sortie de crise, pour un conflit qui a déjà fait de milliers de morts, et fait près d'un million de déplacés.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo