Deux présumés homosexuels en prison
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Deux présumés homosexuels en prison :: CAMEROON

Loïc Midrel Njeukam alias « Shakiro » et Roland Mouthé alias « Patricia » sont en détention provisoire à la prison centrale de New-Bell depuis le 09 février dernier.

La vidéo de leur arrestation fait le tour des réseaux sociaux depuis quelques jours. On aperçoit deux jeunes hommes escortés par des éléments de la gendarmerie et de la police. L’un arbore une longue robe noire et le deuxième, la tête recouverte de tresses longues de couleur jaune, porte une culotte et une sacoche autour des reins. Les deux prévenus ont été arrêtés le 08 février dernier par les éléments de la gendarmerie de Nkolouloun-Douala.

Selon des sources, ils ont été interpellés alors qu’ils mangeaient dans un restaurant. « Parce qu’ils n’étaient pas habillés comme tout le monde, on a signalé à la police qui est venue les arrêter », confie une source. Loïc Midrel Njeukam alias Shakiro et Roland Mouthé alias Patricia, sont en détention provisoire à la prison centrale de New-Bell depuis le 09 février dernier pour : homosexualité, outrage privé à la pudeur et défaut de carte nationale d’identité. Ils ont comparu au Tribunal de première instance de Douala-Bonanjo.

C’est le ministère public qui s’est saisi de l’affaire. Selon Maitre Alice Nkom, il s’agit d’une violation des droits de l’Homme. « L’arrestation a été illégale. Ils n’étaient pas en flagrant délit », note-t-elle. Selon l’article 347 en son alinéa 1 du code de procédure pénal : « est puni de 6 mois à 5 ans fermes et d’une amende de 20000 à 200000 toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe ». Maitre Alice Nkom qui accompagnera l’avocat Richard Tamfu dans la défense des accusés parle également de la violation du caractère sacré et inviolable de la vie privée.

« Cette arrestation est une violation les principes de la constitution, de la hiérarchie des normes, de la primauté donnée aux lois internationales. Il s’agit d’une protection internationale de l’homme. La Cour suprême est l’organe qui doit dire comment appliquer la loi dans l’ordre, comment l’interpréter, a rendu un arrêt dans ce sens. Il s’impose aux juges inférieurs. La loi prévoit que dans le cas où l’arrestation viole la loi de cette manière, le juge doit appliquer l’habeas corpus c’est-à dire ordonner la libération immédiate de cette personne », conclut-elle savoir. L’affaire a été renvoyée au 10 mars prochain.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo