Paul Biya confirme la nature politique de la condamnation et du maintien en détention de Marafa
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Paul Biya confirme la nature politique de la condamnation et du maintien en détention de Marafa :: CAMEROON

Accusé injustement de « complicité intellectuelle de détournement de fonds alloués à l'achat de l'avion présidentiel » en 2012, Marafa Hamidou Yaya purge dans une des cellules infectes du Secrétariat d'Etat à la Défense ( SED) une peine de 20 ans de prison.

Malgré toutes les tracasseries imposées par l'Etat pour nuire à sa défense, et devant l'incapacité de ce dernier à apporter la moindre preuve pour étayer ses accusations, Marafa Hamidou Yaya tout au long du procès a pu apporter devant ce tribunal et à la face du monde entier, toutes les preuves palpables, les éléments probants et vérifiables de son innocence, et de son intégrité dans ce processus d'achat de l'avion présidentiel.

Des avocats du Cameroun et de tous les acteurs ayant pris part à ce dossier, en passant par le procureur ayant mené l'instruction de bout en bout et qui affirmait dans son réquisitoire «  tout allait bien .... jusqu’à la venue de Jean Marie Atangana Mebara .... »; tout le monde est unanime sur l’innocence de Marafa Hamidou Yaya et malgré la cinglante défaite du Cameroun dans cette procédure judiciaire à l'ONU qui a aussi reconnu le caractère arbitraire de cette détention, depuis 27 avril 2016 ! Marafa Hamidou Yaya demeure toujours arbitrairement détenu dans la prison militaire du SED.

Le 02 décembre dernier, Paul Biya, à travers son Secrétaire général à la Présidence de la République a ordonné l’arrêt des poursuites à l'encontre de Basile Atangana Kouna l'un des plus grands prévaricateurs de la fortune publique, accusé pour d’énormes détournements avérés et confirmés par les différentes saisies de ces fonds dans ses comptes et coffres loués dans plusieurs banques locales et étrangères. 

Ce dernier, impliqué dans plusieurs autres scandales de corruptions et de pots de vins, sera vraisemblablement libéré dans les prochains jours !

Quels sont les arguments qui ont poussé Paul Biya à demander l’arrêt des poursuites contre Basile Atangana Kouna ? pourtant coupable de nombreux détournements avérés et malgré le fait qu'il se soit soustrait à la justice camerounaise en s’infiltrant illégalement au Nigeria voisin avant d’être arrêté et ramené manu militari au Cameroun, à bord d’un avion affrété aux frais du contribuable svp (!), alors qu'il ignore ostensiblement tous les appels formulés par la communauté nationale et internationale en faveur de la libération de Marafa Hamidou Yaya et cela même pour des raisons humanitaires. 

Paul Biya par cette demande décrédibilise définitivement l’opération épervier qui n'est en réalité qu’un instrument de la justice utilisé à des fins politiques; instrument que le président actionne à chaque fois que son pouvoir est menacé ou lorsqu’il veut tenir en laisse certains collaborateurs gênants. 

Ce décret montre une fois de plus la main mise de Paul Biya sur le pouvoir judiciaire, et que l’ouverture ou l’arrêt des poursuites judiciaires dans le cadre de l’opération épervier n’est que de la manipulation pour servir les calculs politiciens du prince machiavélique du palais d’étoudi. Le maintien en détention de certaines personnalités n'est pas nécessairement lié au détournement des fonds publics, mais plutôt à la dangerosité, voir la menace que représente celles-ci vis-à-vis du « système » car beaucoup de gestionnaires continuent de distraire la fortune publique et ne sont jamais inquiétés et pour un rien on vous accable de tous les maux. 

Le cas de Marafa Hamidou yaya embastillé pour sa volonté à briguer la magistrature suprême et bien d'autres arrêtés, car tombés en disgrâce ou tout simplement pour protéger des intérêts égoïstes d’un clan, démontrent à suffisance cette thèse. 

Ce décret du 02 décembre 2021 ordonnant l’arrêt des poursuites contre un prévaricateur de la fortune publique et dont l’affaire n’est pas encore définitivement jugée, montre bel et bien l’existence des relations incestueuses entre le sommet de l’état et le judiciaire dans une république dont le fonctionnement est tout, sauf démocratique. Le pouvoir judiciaire a fait place à une justice aux ordres.

La Cellule de communication de ASMA (action Solidaire pour Marafa)

https://asmarafa.over-blog.com/ 

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo