Université de Yaoundé 1 : Une étudiante poignardée à mort face Congelcam Melen
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Université de Yaoundé 1 : Une étudiante poignardée à mort face Congelcam Melen :: CAMEROON

Camer.be apprend avec regret, la mort de la jeune Pana Nado Nickel. La jeune femme de 23 ans était étudiante de Niveau III, au département de Biochimie de l'université de Yaoundé 1, dans la capitale politique du Cameroun.

Votre journal s'est fait dire que la petite étudiante qui était pleine de vie, a été agressée hier mercredi 27 janvier 2021 vers 20 heures 30 avec un autre étudiant qui était avec elle, en face de Congelcam Melen. Des sources rapportent que l'étudiante de Biochimie était accompagnée de deux autres étudiants au moment de l'agression. Les trois pensionnaires de l'université de Yaoundé 1 rentraient des cours de répétition en groupes qu'organisent généralement les étudiants de la Faculté des Sciences, en vue des examens de fin de semestre dont ceux du 1er semestre sont prévus pour le mois de février. Selon des versions parvenues à notre rédaction, Pana Nado Nickel l'étudiante de Biochimie ainsi que ses deux camarades, venaient de quitter leur lieu d'études, pour prendre la direction du campus de l'université, lorsqu'ils seront agressés avant leur entrée au campus, par un individu non identifié. Pano Nado qu'on dit avoir été une étudiante brillante dans ses études, aurait perçu sa prime d’excellence de 50 000 francs CFA que perçoivent les meilleurs étudiants des universités d'Etat du Cameroun depuis 10 ans, ainsi que les meilleures performances aux examens nationaux organisés par le ministère de l'Enseignement supérieur. Selon toute vraisemblance, l'agresseur devait savoir que la petite étudiante était en possession des 50 000 francs CFA.

L'agresseur freine la progression des trois étudiants qui selon certaines informations, étaient encore hors du campus de l'université de Yaoundé 1, face Congelcam Melen, mais s'apprêtaient à prendre la route qui mène au sein de l'université. L'agresseur veut arracher le sac de la petite étudiante de Biochimie. Face à sa résistance, nous apprend-on, celui-ci lui plante deux violents coups de couteau au cou. La fille s'écroule. Parmi les deux autres étudiants qui étaient avec Pana Nado Nickel, le garçon est aussi agressé. L'insistance et la violence de l'agresseur sur la jeune étudiante, fait dire à plus d'une personne, que ce dernier savait qu'elle aurait perçu sa prime d'excellence de 50 000 francs CFA, et qu'elle les aurait donc dans son sac.  L'agresseur voulait à tout prix le sac. L’agresseur devait être drogué et impassible comme ces jeunes gens qui consomment des drogues et des stupéfiants, lesquels les dépouillent de toute raison, humanité, toute forme de compassion. Il prendra finalement le sac de la jeune étudiante, après l'avoir violemment poignardée au cou à deux reprises, et agressé un autre étudiant.

Cependant, une autre version prétend que l'étudiante Paco Nado Nickel a été agressée au sein même de l'université de Yaoundé 1, au niveau de Canal Olympia, la salle de cinéma et de théâtre offerte à l'université de Yaoundé 1 en 2016, par Bolloré Africa Logistics. Dans un souci d'équilibre de l'information, notre rédaction a cru bon de publier les deux versions de l'affaire, en attendant les conclusions des enquêtes des fins limiers de la police.

La jeune étudiante ainsi que l'autre étudiant agressé, est conduite aux urgences du CHU de Yaoundé. Elle y sera opérée, avant de mourir ce matin à 04 heures et demie. Le recteur de l'Université de Yaoundé 1, le Prof. Maurice Aurélien Sosso arrive au CHU à 04 heures du matin, et paye tous les soins médicaux de l'étudiante, ainsi que le rapporte une source. Malheureusement, celle-ci meurt 30 minutes plus tard. Le recteur reste sur les lieux avec la famille de la défunte, jusqu'au départ de celle-ci à 10 heures 30, lorsque le corps de la petite étudiante, sera enlevée de la morgue du CHU, pour prendre la direction de Mbouda (département des Bamboutos, région de l'Ouest Cameroun), où, elle ses obsèques auront lieu. La désolation est grande à la morgue du CHU. La famille de la petite étudiante étouffe de chagrin ; ses camarades aussi. Maurice Aurélien Sosso le recteur de l'Université de Yaoundé 1 est troublé par la mort tragique de son étudiante, et cherche ses mots, au milieu de plus de 200 étudiants de son université qui sont avec lui à la morgue. Il doit pourtant rassurer ses étudiants, surmonter sa propre émotion. C'est aussi cela être un chef. "Nous sommes tous concernés par ce drame. Nous sommes obligés de faire faire une enquête, pour que les personnes concernées soient mises hors d'état de nuire", lancera le recteur de l'Université de Yaoundé 1 à ses étudiants.

Plus loin, Camer.be apprend que la police du commissariat du   5ème Arrondissement de Yaoundé compétent pour la zone universitaire, aurait retrouvé des effets de la fille emporté par son tueur.

Quel que soit le lieu où la petite étudiante de Licence III de Biochimie a été tuée, en dehors ou au sein du campus, cela ne la ramènera pas à la vie. Ce qu'il y a lieu de faire, c'est de tirer les conséquences nécessaires pour une meilleure sécurisation des campus et abords des universités d'État au Cameroun. Depuis quelques temps, des agresseurs font des morts parmi les étudiants. Et proies faciles et plus vulnérables, les filles, constituent leur menu.

Les universités d'État sont-elles trop immenses pour le personnel chargé de la sécurité de celles-ci ? Il convient de se poser des bonnes questions.

À toi la petite Nado, au moment où tu quittes ce monde, pleine de vie, pleine d'ambition, à la fleur de l'âge, la rédaction de Camer.be avec en tête son directeur de publication, adresse à ta famille si durement éprouvée, ses sincères condoléances, et s'incline humblement devant ta mémoire.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo