Crise anglophone: Une journaliste tuée par des présumés séparatistes
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Crise anglophone: Une journaliste tuée par des présumés séparatistes :: CAMEROON

Vive indignation dans la presse camerounaise, après la mort de la journaliste Becky Jeme Iyabo. Déléguée départementale de la Communication pour la Momo (région du Nord-Ouest), notre consœur a trouvé la mort suite à un attentat perpétré par de présumés séparatistes anglophones.

Selon nos informations, le cortège du préfet de la Momo qui revenait de l'installation de deux sous-préfets (arrondissements de Ngie et Njikwe), a sauté sur un engin explosif improvisé. L'engin aurait été placé par de présumés sécessionnistes anglophones. L'attentat a fait cinq morts, dont notre consœur Becky Jeme Iyabo, déléguée départementale de la Communication de la Momo.

Camer.be a joint au téléphone, un officiel du ministère camerounais de la Communication, qui a avec beaucoup de peine et de douleur, nous a confirmé la mauvaise nouvelle, avant de nous promettre le communiqué officiel du ministre de la Communication.

Des sources locales affirment que l'attentat de Momo a fait cinq morts, dont quatre militaires du Bataillon d'intervention rapide (Bir) auxquels il faut ajouter des blessés, dont certains dans un état grave.

En dehors des journalistes morts dans des conditions extrajudiciaires, Becky Jeme Iyabo est la première victime de la corporation, à mourir directement des actes de cette guerre qui oppose l'Armée et miliciens séparatistes.

Une pensée profonde pour la famille de notre consœur tombée en plein exercice de ses fonctions. Que cesse le plus tôt possible, cette sale fratricide guerre qui s'étire lentement, mais sûrement dans le temps ! Elle a entamé sa cinquième année, cette sale guerre qui, a déjà fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo