Politique oppositionnelle et Expérience subjective dans les régimes autoritaires
CAMEROUN :: POINT DE VUE

CAMEROUN :: Politique oppositionnelle et Expérience subjective dans les régimes autoritaires :: CAMEROON

Alors que le CL2P prend acte de la démission de M. Célestin Djamen du MRC, nous sommes parfaitement conscients que M. Djamen a pu se sentir frustré par la stratégie notamment électorale du MRC sous Pr. Maurice Kamto. Mais nous comprenons également que M. Djamen n'exclut pas de rentrer incessamment dans le gouvernement de la satrapie de Paul Biya, comme d'autres opposants alimentaires...avant lui.

Là se trouve certainement en partie l'explication de la virulence de ses propos souvent injurieux de ces derniers mois contre ce qu'il est convenu d'appeler ses anciens camarades du MRC, dont le Pr. Maurice KAMTO.

Honnir ouvertement ce dernier peut en effet vous rapporter gros au Cameroun de nos jours: des financements du tyran ou de son parti-Etat RDPC, bien de privilèges dans un semblant de prestige, et même un strapontin ministériel.

Du vrai maraboutisme politique...

Au CL2P, nous comprenons donc parfaitement ce qu'il faut pour tenir tête aux autocrates et les connaissances que nous tirons de cette expérience. M. Djamen a survécu à la tentative d'assassinat des macoutes du régime de Yaoundé et à la torture en prison. Il a fini par céder fort de sa précarité sociale et professionnelle à la mise en œuvre draconienne de mesures destinées à criminaliser l'opposition légitime à Yaoundé.

Ainsi alors que la portée et la pression croissantes de l'État policier augmentent, nous comprenons qu'être dans l'opposition est également une expérience subjective ancrée dans un sentiment d'exclusion, un manque d'accès aux droits fondamentaux, à l'action sociale et même parfois aux denrées de base.

Mr. Djamen démontre qu’il peut devenir difficile de continuer avec un front uni pour résister aux autocrates lorsque les gens se sentent frustrés pour leur potentiel inexploité ou ont simplement faim. Cela démontre cependant que la précarité politique est aussi une question de droits de l'Homme, de démocratie et d’éthique qui exigent un objectif à long terme et de la patience, plutôt qu'une politique à court terme guidé par l’opportunisme et la mesquinerie ; sachant que l'arc de l'univers moral peut être ou sembler long y compris dans une dictature voulue perpétuelle, mais il finit toujours par pencher vers la Justice.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

http://www.cl2p.org 

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo