Infantilisation et Résistance Politique à Yaoundé
CAMEROUN :: POINT DE VUE

CAMEROUN :: Infantilisation et Résistance Politique à Yaoundé :: CAMEROON

Pendant que le cacique du régime de Yaoundé, le Pr Jacques Fame Ndongo, savoure son pouvoir de création politique sur M. Cabral Libii, une “petite frappe” arriviste qui, contre toute sagesse populaire, a cru pouvoir - FAY- duper à la fois son mentor politique et le véritable chef de l'opposition Maurice Kamto dont il s’est certainement cru ou vu plus intelligent, la levée de la séquestration pendant 03 mois à son domicile du dernier est effective.

Nous avons donc ainsi, deux trajectoires d'opposition politique différentes à Yaoundé, incarnées par M. Cabral Libii et le Pr. Maurice Kamto.

À l’instar d’illustres devanciers M. Cabral Libii a accepté de jouer le jeu et d'être transformé en «créature» du régime de Biya, obtenant pour ce faire un siège au Parlement où il n'a aucun réel pouvoir. Ajoutant l'insulte à la blessure, son parti a été littéralement anéanti lors de la dernière parodie d’élection régionale.

Le Pr. Maurice Kamto quant à lui, qui a obstinément refusé de jouer à ce jeu consistant à devenir une «créature» du régime de Biya, a été assigné à résidence ces trois (03) derniers mois afin, dit-on, qu’il ne "perturbe pas le déroulement" de la mascarade d’élections régionales.

Mais peut-on décemment se réjouir de la levée de cette séquestration de 03 mois à son domicile du principal opposant d'un pays que le pouvoir en place présente précisément comme une "démocratie apaisée"? À l'évidence NON....

Le CL2P est de plus en plus affligé par la tournure criminogène de la vie politique camerounaise à travers ces phénomènes de séquestration et de prises d'otages des opposants les plus redoutés, conjugués avec une forme d'infantilisation du politique à Yaoundé. Ce que nous entendons par là, c'est la manière dont l'argumentation politique et le débat sur les problèmes de société sont systématiquement réduits à des querelles de personnes à connotation tribale, la pensée critique et l'analyse devenant pratiquement inexistantes, se fondant entièrement sur les personnalités, les apparences, les ragots et le dénigrement systématique. Le phénomène s'est tellement aggravé ces dernières années au point où le gouvernement ne prétend même plus pratiquer sa «démocratie apaisée» pour sauver les apparences.

C'est précisément ainsi que se comportent les «créatures» infantilisées, et de plus en plus. Curieusement c'est aussi la façon dont les adultes qui pensent ou disent faire de la politique se comportent au Cameroun. Pourquoi?

À notre avis, trois forces sont en jeu ici:

- L'une est le développement de sycophantes politiques professionnels.

La seconde est que la vérité est la première victime de la montée en puissance de ces sycophantes politiques, avec la généralisation de la politique de l'autruche qui consiste à se voiler la face en chanter les louanges du “Nnôm Ngui” au détriment de la réalité existante.
La troisième est le renforcement du patronage politique, à travers des réseaux clientélistes et la prégnance de la françafrique. Tout cela contribue à bloquer les personnes perçues comme une menace par ces réseaux corrompus et mafieux.
Dans un tel contexte, le combat non violent pour la démocratisation réelle du Cameroun mené au prix de ces multiples privations arbitraires de liberté par le Pr. Maurice Kamto mérite aujourd'hui le soutien unanime de toutes les personnes éprises de liberté.

Et il appartient à la France, principal soutien depuis 38 ans du dictateur Paul Biya, de sortir définitivement de l’ambiguïté en condamnant fermement ces prises dotages et emprisonnements politiques, puis surtout en interrompant toute coopération directe sous la bannière de l'Union européenne avec une tyrannie qui verrouille sans vergogne tout processus électoral consensuel, réprime impunément les vrais opposants et n’hésite pas à massacrer ses propres populations civiles dans le Nord-ouest et le Sud-ouest anglophone depuis octobre 2016.

Le temps du pouvoir à vie par la fraude électorale systématique et la répression armée doit s'arrêter au Cameroun. La France est malheureusement le maillon essentiel du dispositif despotique qui prévaut au Cameroun et partout en Afrique noire francophone.

Assez du double discours!!!

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

http://www.cl2p.org 

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo