Penda Mboko : Un mort et quatre personnes enlevées
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Penda Mboko : Un mort et quatre personnes enlevées :: CAMEROON

Un élève de 16 ans a été tué par des hommes armés qui ont kidnappé le directeur d’usine de caoutchouc de la Cdc ainsi que trois de ses vigiles.

Agbor Mbi n’achèvera pas les épreuves écrites du General Certificate Of Education (GCE) qu’il a entamées à Penda Mboko, dans le département du Moungo. Le jeune élève âgé de 16 ans a été arraché à la vie lors d’une attaque d’hommes armés dans la concession de Ali-Malex Achalle, le directeur d’usine de caoutchouc de la Cameroon Development Corporation (CDC). Les assaillants y ont fait irruption autour de 1h du matin jeudi 13 août 2020 et ont ouvert le feu. Pris de panique, des occupants des lieux ont pris la fuite. Dans la débandade, le petit garçon sera rattrapé par une balle. Transporté à l’hôpital de Mbanga pour des soins, il a rendu l’âme en chemin.

Les malfrats ont également kidnappé le directeur d’usine et trois de ses vigiles, les nommés Nkemasong Nicasius (48 ans), Achou Roland (49 ans) et Tawlan Peter (60 ans). Ils ont été conduits dans un lieu inconnu. Les hors-la-loi ont en outre mis le feu sur le domicile du directeur d’usine. Sa voiture personnelle et le véhicule de service de l’entreprise ont aussi été incendiés. Après leur forfait, les assaillants ont fondu dans la nature et restent pour l’heure introuvables. D’après les témoignages, le jeune homme de 16 ans abattu était un neveu de Agbor Samuel, un vigile en faction dans le projet d’exploitation de caoutchouc de Matouke, dans la zone de Penda Mboko.

Il vivait depuis quelques temps chez le directeur d’usine et avait entamé les épreuves écrites de l’examen de GCE. Une source indique que les ravisseurs ont formulé une demande de rançon de 10 millions F. Cfa pour libérer les otages. Ce n’est pas la première fois que des attaques du genre sont fomentées contre le personnel de la CDC.

D’après Franklin Ngoni Njie, le directeur général de cette entreprise spécialisée dans la culture de la banane, du palmier à huile et du caoutchouc naturel, « des attaques similaires sont récurrentes depuis le déclenchement de la crise socio-politique qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest », écrit-t-il dans un communiqué produit vendredi 14 août 2020, au lendemain de cette autre attaque.

Franklin Ngoni Njie qui condamne fermement ces « attaques vicieuses » sur le personnel de la CDC, leur famille et leurs biens, indique que l’incident a été rapporté auprès de l’administration, des forces de sécurité et des hommes de loi pour qu’une enquête soit ouverte.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo