Camer.be
CAMEROUN :: Débits de boisson : Le casse-tête des heures de fermeture :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Cameroon Tribune : Jean Francis BELIBI
  • mardi 02 juin 2020 11:42:00
  • 997

CAMEROUN :: Débits de boisson : Le casse-tête des heures de fermeture :: CAMEROON

Le Conseil de cabinet présidé jeudi dernier par le Premier ministre, chef du gouvernement, a donné l’opportunité au MINAT de revenir sur les heures de fermeture de ces espaces .

C’était l’un des points des travaux du Conseil de cabinet du mois de mai dernier, présidé le jeudi 28 mai 2020 par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute : les horaires de fermeture des débits de boisson. Ce dans le contexte actuel de lutte contre la propagation de la pandémie du coronavirus avec la limitation des regroupements des personnes dans les espaces publics et même privés.

Comme il est loisible de le constater, les chiffres actuels indiquent une courbe ascendante des contaminations. Face au Premier ministre, chef du gouvernement et aux autres membres de l’équipe gouvernementale, le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji est revenu sur l’application du décret du 9 novembre 1990 fixant les conditions et les modalités d’exploitation des débits de boissons. Surtout à la lumière des mesures d’assouplissement décidées le 30 avril 2020 par le président de la République et rendues publiques par le Premier ministre, chef du gouvernement dans le cadre d’une déclaration spéciale.

Au rang de ces mesures, celles liées à la fin de la période de fermeture des débits de boisson et autres lieux de loisirs qui était fixée à 18 h. Toutefois, le chef du gouvernement indiquait les conditions dans lesquelles ces espaces devaient reprendre leurs activités au-delà de 18 h. Le respect des mesures barrières édictées par le président de la République et répercutées par Joseph Dion Ngute le 17 mars 2020 figurant en bonne place. Dans sa déclaration spéciale du 29 mai dernier relevait une nette augmentation des personnes infectées, même si le nombre de Camerounais ayant recouvré la santé donne des raisons d’espérer. Une envolée des cas de contamination dont ne sont pas totalement étrangers les débits de boisson et autres lieux de loisirs.

Certains ayant souvent choisi de ne pas respecter la réglementation en matière d’ouverture et de fermeture de ceux-ci. Il convient pour cela de signaler que le décret du 9 novembre 1990 mentionné plus haut rappelle que pour ce qui est des vente à emporter, celles-ci doivent fermer au plus tard à 21 heures tandis que les vente à consommer sur place vont jusqu’à minuit.

Les habitudes ayant la peau dure, certains de ces lieux ne respectent plus ces prescriptions légales, nonobstant les sanctions qu’elles encourent. On peut donc comprendre la préoccupation du président de la République qui a été répercutée au Premier ministre, chef du gouvernement, d’où l’inscription de ce sujet à l’ordre du jour des travaux du Conseil de cabinet de la semaine dernière. Il ressort de la communication du ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji que depuis trois semaines, les autorités administratives effectuent régulièrement des descentes sur le terrain. L’objectif visé reste la sensibilisation des acteurs du secteur. Toutefois, pour les pouvoirs publics, la loi doit être appliquée afin d’éviter d’exposer les populations à des contaminations dans ces lieux de loisirs.

02juin
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo