Mairie de Douala : Des ex-délégués du personnel réintégrés
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Mairie de Douala : Des ex-délégués du personnel réintégrés :: CAMEROON

Ils avaient été licenciés par Dr Fritz Ntone Ntone, ex-délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala pour avoir observé un mouvement de grève considéré comme une faute lourde.

Lundi 4 mai 2020, les ex-délégués du personnel de la mairie de Douala ont repris officiellement service. L’annonce a été faite par Roger Mbassa Ndine, le maire de la ville, dans son message à l’occasion de la Fête du travail, célébrée me 1er mai, au personnel de cette institution. « Je vous rappelle ma démarche vis-à-vis du personnel. Il s’agit tout d’abord de la préservation de la qualité du climat social. C’est ainsi que je vous ai annoncé mon désir de travailler avec tout le monde, sans chasse aux sorcières.

J’ai décidé de réintégrer les ex-délégués du personnel qui étaient en conflit avec la Communauté urbaine de Douala, après la perte de leur emploi », a-t-il l’édile de la principale ville économique du Cameroun. Koussoh Andrianne, Charly Ekanga Ntongla, Sosso Samuel, Doume Elolongue Louis, Bioto Paolo Isidoro, Ngwa Elombo Jean Narcisse, Douala Sosso George, Mekinda Valentine, Piakiari Paul, et Balla née Ngo Tchek Hermine avaient été suspendus de leurs fonctions en avril 2017, puis licenciés le 17 janvier 2020 par Dr Fritz Ntone Ntone, ex-délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, pour « faute lourde ».

Les 10 délégués du personnel avaient observé un mouvement de grève, revendiquant la mise sur pied au sein de l’administration de cette collectivité territoriale décentralisée (CTD) d’une police d’assurance-maladie au profit des employés. Leur retour signe ainsi la fin d’un long bras de fer juridico-administratif qui aura duré 37 mois.

L’arrivée de Roger Mbassa Ndine à la tête de la mairie de Douala a en effet constitué un tournant décisif pour les ex-délégués du personnel. De bonne source, la réintégration des grévistes du 10 avril 2017 est le fruit de plusieurs rounds de négociations avec l’exécutif communautaire. Une commission ad hoc mise sur pied par le maire de Douala conduisait le processus. Ladite commission, présidée par Georges Wangue Liberté, secrétaire général de la mairie, était composée, selon notre source, du receveur municipal, du contrôleur financier, du conseiller technique en charge des ressources humaines et des services juridiques, et la directrice des ressources humaines.

Accompagnés de leurs avocats, les exdélégués du personnel ont obtenu leur réhabilitation au bout de pourparlers parfois tendus. « Il y a eu beaucoup de tractations de couloir, beaucoup de concessions pour arriver à un compromis d’apaisement », révèle notre source.

Au moment où ces agents reprennent leurs postes de travail, le flou total persiste sur l’objet des tractations avec l’exécutif de la mairie. Les ex-grévistes ont-ils signé une clause de bonne conduite ? Recevront-ils rétroactivement leur 37 mois de salaires réclamés ? Auront-ils droit à une indemnité compensatoire? Réintégreront-ils leurs postes d’avant-suspension ?

Les points d’ombre sur leur nouvelle situation juridique au sein de la mairie de Douala sont nombreux. « Les menus et détails ne sont pas à révéler au grand public, puisqu’il s’agit d’une affaire entre patron et personnel continuant la collaboration dans le cadre de l’administration publique qui exige de la réserve », dira in fine notre source.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo