Un prêtre à la barre avec sa compagne pour reconnaître leur gosse
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Un prêtre à la barre avec sa compagne pour reconnaître leur gosse :: CAMEROON

Le prélat d’obédience catholique a comparu devant le tribunal de premier degré de Yaoundé accompagné de sa compagne et mère de sa fille et leurs proches. Il a essayé de dissimuler son identité, mais en vain.

Dans un coin de la salle d’audience du Tribunal de premier degré (TPD) de Yaoundé le 22 janvier dernier, se trouvait un homme plutôt serein, et heureux. Tout au long de sa présence dans cette pièce, il portait un enfant de sexe féminin dans ses bras. Personne ne pouvait douter de sa paternité, au regard de leurs traits de ressemblance. Mais, son identité est restée un mystère, jusqu’à ce que son affaire soit appelée. Vêtu d’un pantalon Jeans de couleur noire et d’un tshirt de couleur sombre, l’homme de 38 ans environ s’est avancé d’un pas rassurant devant le juge. Il se fait appeler Urbain. Il est venu soutenir sa requête en reconnaissance d’enfant introduite.

Urbain a fait comparaître Micheline, la mère de l’enfant, ainsi que deux autres personnes présentées comme les témoins de leur idylle. Leur relation a commencé quelques années plutôt. En dépit de son statut, Urbain est tombé sous le charme de Micheline, son ouaille. Il lui a déclaré sa flamme, et la jeune dame a accepté de devenir sa partenaire. Le portail des camerounais de Belgique (@camer.be). Ils ont vécu leur amourette de manière discrète jusqu’à ce que Micheline tombe enceinte. Elle a donné naissance à une fillette. Urbain était à l’étranger et l’enfant n’a donc pas été reconnu à la naissance par son géniteur. De retour au pays, il a décidé de rectifier le tir, en introduisant son nom dans l’acte de naissance de l’enfant en qualité de père. Ce droit ne lui est point contesté par Micheline, qui a déclaré au tribunal que Urbain est effectivement le géniteur de sa fille.

Tous leurs témoins ont chacun à son tour soutenu qu’ils ont vu Urbain et Micheline ensemble dans des positions laissant croire qu’ils entretiennent une relation intime. Ils ont attesté que les deux personnes sont les parents de la fillette dont la reconnaissance est sollicitée. Pour obtenir tous ces éclaircissements, le tribunal a dû soumettre les parents de la fillette à un jeu de questions réponses. Lors de cet exercice, Urbain a justifié son absence lors de la naissance de sa fille en brandissant son passeport.

«Pourquoi n’avez-vous pas introduit une requête en reconnaissance et légitimation d’enfant? Qu’attendez-vous pour épouser cette fille», demande le tribunal. Ces questions ont embarrassé Urbain, qui s’est vu dans l’obligation de présenter une pièce supplémentaire au tribunal afin de justifier son identité. Il s’agit d’une carte professionnelle qu’il a montrée au juge en affirmant : «Mme la présidente, j’aimerais que ma profession reste secrète». Peine perdue. En annonçant la date de verdict de l’affaire, le juge a dévoilé la profession du père. Il s’agit d’un prêtre, information donnée au greffier et aux accesseurs.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo