La pénalisation de la haine tribale entérinée
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: La pénalisation de la haine tribale entérinée :: CAMEROON

Soumis à l’examen du parlement récemment, la Loi qui punit la haine et les discours tribaux au Cameroun a été promulguée le 24 décembre par Paul Biya. La sanction inclut les déclarations faites sur les médias et autres réseaux sociaux.

Paul Biya vient donc de modifier l’article 241-1. S’il faisait exclusivement allusion aux outrages commis à la race et la religion de plusieurs citoyens et autres résidents, notamment des cas de diffamation, d’injure ou de menace dans l’espace publique, le texte sanctionne désormais les propos tenus sur les réseaux sociaux, en plus des voies de presse, de la télévision et de la radio. Un nouvel alinéa relatif à la tribu ou l’ethnie a été intégré. Il punit désormais tout discours de haine ou d’incitation à la violence visant les personnes en raison de leur appartenance tribale a été ajouté.

Les mis en cause s’exposent à une peine pouvant aller jusqu’à 2 ans de prison et une amende de trois millions (3 000 000) de francs. Il faut noter que les peines ci-dessus sont doublées, et les circonstances atténuantes non admises, si les propos litigieux sont tenus par un fonctionnaire, un responsable de formation politique, de média, d’une organisation non gouvernementale ou d’une institution religieuse.

Après la promulgation, une grande question se pose désormais, comment le régime en place va-t-il précisément contrôler les dérives langagières et mettre sur pied un réseau pour pouvoir contrôler les dérives sur les réseaux sociaux où le discours tribal a une santé olympique.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo