Camer.be
Cameroun, Lettre à Paul Biya: JE SUIS DÉJÀ DANS L’AVION :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : Ekanga Ekanga Claude Wilfried
  • jeudi 11 juillet 2019 18:25:00
  • 30226

Cameroun, Lettre à Paul Biya: JE SUIS DÉJÀ DANS L’AVION :: CAMEROON

Tu me pardonneras de te tutoyer, mais dans ma langue maternelle, le vouvoiement n’existe pas. Ce n’est donc pas un manque de respect.

Pardonne-moi aussi de t’écrire par réseaux sociaux interposés, mais c’est la meilleure garantie que mon message atteindra ton cabinet rapproché. Même s’ils ne te le disent pas, même si tu t’en fous, même si tu ne sais pas que j’existe ... Ça me réjouit de savoir que ceux-là mêmes qui disent : « Comment peut-il oser écrire à notre président sur Facebook ? » seront les premiers à discuter de cette lettre entre eux.

( En mal bien sûr, et c’est mon but )

Je n’oublies pas que tu as fabriqué un système où c’est le frère et l’ami de l’épouse de la concubine qui est favorisée. Je n’avais aucune envie de passer par la sœur du cousin d’un oncle qui connaît un beau-frère, lui-même parenté à un autre gendre à la présidence. Ni d’écrire une lettre « officielle » qui n’arriverait jamais plus loin qu’entre les mains du neveu du chef de district. Non, internet c’est plus facile.

Je n’oublies pas aussi que tu as mis sur pied un modèle totalement fou où certains se croient plus Camerounais que d’autres. Toi y compris. Toi le premier d’ailleurs. C’est pour ça que tu as systématiquement refusé les appels au dialogue, aussi bien des anglophones que des partis politiques adverses. Un certain MinCom estimant même il y a peu que tu es un super-humain qui « ne peut pas dialoguer avec n’importe qui. »

Cette arrogance sans limite de personnes qui se croient éternelles. Ce mépris hors-normes qui a créé sur place les Ambazoniens ainsi que la crise politique actuelle, et dans la diaspora, la fameuse Brigade Anti-Sardinards.

Tous ces phénomènes ont un dénominateur commun, une cause unique, un seul coupable : rrrrrrroulement de tambour , devine lequel !

YOU
L’homme qui est dans l’avion.

Si seulement la remise en question existait dans tes papiers.
Mais pour qu’il y ait remise en question, il faut déjà se poser des questions. Or, toi tu ne t’en poses pas. Tu es trop sûr de toi, convaincu de toujours bien faire, et encouragé dans cette hérésie par tes sbires. Ton fameux « entourage. »

Comment leur en vouloir vu que la situation engraisse leurs joues.

Tu t’es entouré de ministres comiques qui rivalisent en ridicule et en théâtralité chaque jour que Dieu fait : à croire qu’il faut avoir été exorcisé de la honte pour intégrer ton gouvernement. Le dernier épisode étant ce Minsup qui, après avoir révélé être ta créature, et après avoir pensé que « Y » était une consonne lorsqu’il s’amusait un jour à déchiffrer le nom « B.I.Y.A », a estimé que le plus gros souci éducatif des Camerounais de l’heure, c’est de savoir que tu es dans l’avion.

Entre temps, son anglais est presqu’aussi mauvais que le tien.
Tu as vraiment créé d’insolites personnages. Tu devrais arrêter je pense.

A présent tu es dans l’avion
L’avion du chaos national, l’aéronef des Grandes Humiliations.

Ceux qui sont venus accueillir ton rap ... pardon, ton retour triomphal au terme d’un séjour affreusement inutile à Genève, n’ont même pas marqué un temps d’arrêt pour se demander : « Par quelle folie, par quelle hypnose cérébrale vais-je aller m’aligner le long des rues sous 40 degrés, pour applaudir une personne qui, au frais de mes impôts, s’envole pour sa jouissance à coup de 25 millions la nuit, quand je dormirai dans le Noir ce soir ? »

C’est ce type de peuple là qui te convient : un peuple interdit de penser. Une foule mentalement euthanasiée qui puise son plaisir dans l’acclamation de celui-là même qui la fait souffrir.

C’est au-delà du syndrome de Stockholm; c’est le Bacile de Yaoundé

Tu es dans cet avion que nous ne fabriquons pas, loué à cette compagnie qui ne nous appartient pas, puisque ta Camair-Co est interdite de vols internationaux pour cause de médiocrité galactique. Entre temps, Son jumeau Ethiopian Airlines possède 100 aéronefs et en a commandé près de 70 en plus, à l’instar de ce Boeing 787-800 à l’image.

Eh oui; car moi aussi je suis dans l’avion.

Si tous nos compatriotes pouvaient prendre au moins une fois l’avion comme toi et visiter d’autres contrées de ce monde, pour constater la fainéantise, la paresse, la manque de sérieux et l’animalisation dont ils font l’objet au quotidien. S’ils pouvaient voir par eux-mêmes le fossé qui nous sépare de nos Alter-Ego. S’ils pouvaient visiter ton péché mignon, la Suisse, bien plus petite que la région du Centre, mais dont la richesse en PIB ( 678 milliards USD ) est supérieure à l’Afrique du Sud et lau Nigeria réunis. Les deux plus grosses économies africaines.

Rien de ce qui se passe au Cameroun n’est accepté ailleurs. Rien. Et toi et moi le savons.

Le pays de la négation permanente. Le pays où le patriotisme se résume à tout applaudir et à tout accepter. En RFA, j’ai vu Mme Sarha Wagenknecht du parti gauchiste critiquer l’état des routes de l’Allemagne. Imagine : au Cameroun qui est situé 1 milliard d’années en arrière, on estime que critiquer c’est déstabiliser. Proposer c’est gêner. Pointer du doigt ce qui ne va pas ( c’est-à-dire tout ), c’est de « l’hostilité contre la patrie. »

Pour un pays plus petit que le nôtre, ils ont 12 000 km d’autoroutes. L’équivalent du diamètre de la Terre. Tu as vraiment réussi ton coup en créant un peuple d’automates tétanisés par la peur et ensorcelés au culte de la personnalité.

Mais tu es déjà dans l’avion.

De ridicule en ridicule, nous avons perdu la CAN, la paix au NOSO, la sérénité en zone francophone, et une grande partie de nos devises, au point où la dévaluation frappe aux portes. Le seul pays au monde où le supposé président, sans être sous mandat d’arrêt ou sous une plainte internationale, se voit prié de quitter le territoire d’un pays où il séjourne.

12 000 Suisses en trois jours signent une pétition pour ton départ sans retour. Des émissions entières organisées en Europe sur tes dépenses déconcertantes. Et le monde entier qui se demande quel type de peuple dans l’univers tolère cela. Mais comme tes partisans sont imperméables à la honte, ils ont réussi à voir dans ta déchéance en mondovision, un « retour triomphal. »

•••Les zombies que vous créâtes••••

Et pour détourner l’attention sur tout ce désordre, tu as utilisé le levier ultime. La touche finale : la fibre tribale. Cette tendance a laisser propager l’idée que certains clans sont « nés pour gouverner », que les méchants sont de l’autre côté et désirent confisquer ou détruire le Cameroun. Voilà une autre infantilisation d’un peuple qui souffre pourtant de la même manière du nord au sud, de droite à gauche. Mais tu as fait croire à certains qu’ils ont le pouvoir parce que le frère du village est colonel ou député de l’inutilité.

A quand la question anglophone à l’assemblée ? Ou est-ce le papier-toilette des « députés de la région du sud » qui va nous sauver du chaos qui arrive ?

Faut-il un concours pour être si hors-sujet ?

Moi qui suit Ekang comme toi, je n’apprécie absolument pas ta gouvernance. J’estime qu’en matière d’escroquerie politique, c’était difficile de faire mieux. Ce sont tes idées qui ne me conviennent pas ( car j’estime que tu n’en as pas ), ce n’est en aucun cas ta famille ou ton village. C’est ton bilan qui est comme la distance Terre-Lune : vide.

La bonne vieille stratégie de la diversion, pour détourner des sujets de fond. Le chien qu’on accuse de rage parce qu’on veut le tuer. Le pauvre pantalon qu’on incrimine alors qu’on ne sait pas danser.
Parlons de contenu, laissons le Kongossa

Car aux derniers jours de ton règne d’empereur, tu laisses un royaume déchiré, appauvri, en guerre contre lui-même et humilié aux quatre coins du monde. Tu considères tes compatriotes comme des ennemis à éteindre. Quel scénario tragique.

Tu es dans l’avion et on paralyse une ville entière pour de telles inepties. Saurais-tu nous dire en quoi ta balade a rehaussé l’économie du pays ? Car moi je peux répondre en quoi elle nous aura fait perdre des devises et contribué à la crise financière actuelle.

Fort heureusement, le pays est beau.
Pays du paranormal et du bizarre : Rio Dos Ridiculos

Et pour te prouver encore mieux ce que je dis, tu verras que ceux qui vont critiquer cette lettre vont uniquement se limiter à des insultes sur ma personne, et aucunement réagir sur le contenu, puisque rien de ce que j’ai écrit plus haut n’est faux. Mais alors rien du tout.

Ton seul véritable succès : la vampirisation parfaite des masses. Tu as fabriqué un peuple qui combat ceux qui se battent pour lui, et non ceux qui le battent.

Voilà pourquoi tu es dans l’avion. Un avion qui nous conduit tout droit vers l’abîme.

A présent, c’est quoi la suite ? Maintenant que tu es rentré au forcing, quel est le programme , la direction ? On va où ? Quelqu’un a t-il une idée de la projection économique, politique ou sociale du Cameroun pour 2019 ?

C’est une question universelle. Car il n’est pas impossible que toi tu ne saches même pas que nous sommes en 2019.

11juil.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo