Pressions extérieures - Issa Tchiroma Bkary : Une atteinte grave à notre souveraineté
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Pressions extérieures - Issa Tchiroma Bkary : Une atteinte grave à notre souveraineté :: CAMEROON

Le Fsnc constate que nulle part dans cette résolution de l’Union européenne (UE), il n’est demandé aux terroristes sécessionnistes l’impérieuse nécessité de déposer les armes, conformément au droit international (…) La lutte contre le terrorisme, où qu’il se trouve, est le credo affiché par l’UE. L'info claire et nette. D’où vient-il que ceux qui sévissent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun bénéficient d’une indulgence inexplicable, incompréhensible voire inacceptable ? L’UE demande au Cameroun de s’asseoir autour d’une table avec les sécessionnistes pour convenir de la manière dont il faut partitionner le Cameroun ?

Il serait intéressant de savoir quel pays européen l’a déjà fait par le passé. L’UE dans sa déclaration profère des menaces de sanctions économiques et politiques à l’endroit du peuple camerounais et va jusqu’à menacer de traduire devant le conseil de sécurité le gouvernement et le peuple camerounais si ses directives n’étaient pas mises en exécution, cela au mépris du droit de toutes les nations à défendre leur intégrité territoriale.

L’UE doit savoir que tout le peuple camerounais est déterminé à se battre jusqu’à la dernière goutte de sang pour maintenir l’intégrité de son territoire. Les divergences politiques n’y changent rien. Le Fsnc voudrait rappeler que nous sommes une nation souveraine, un peuple fier de son histoire et aux commandes de son destin, qui n’acceptera jamais le diktat d’où qu’il vienne et pour quelque raison que ce soit. L’indulgence que l’UE accorde aux terroristes, qui volent et tuent nos populations est perçue par l’opinion publique nationale comme une atteinte grave à notre souveraineté.

Le Cameroun ne négocie ni intégrité territoriale ni son indépendance ni son unité nationale. Ce ne sont pas des mots creux ni de la démagogie, et il ne s’agit pas de rejeter la légitimité des revendications relatives à l’amélioration des conditions de vie et du respect des spécificités culturelles des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, qui rejoignent celles d’autres régions du Cameroun, il s’agit de donner « vivre ensemble » au « living together » la force des mots.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo