Camer.be
CAMEROUN :: Les 100 premiers jours : Achille Bassilekin III, le ministre « normal » :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Mutations : Rosine Ntolo
  • lundi 15 avril 2019 12:16:00
  • 2064

CAMEROUN :: Les 100 premiers jours : Achille Bassilekin III, le ministre « normal » :: CAMEROON

Contrairement à l’idée qu’on se fait souvent des personnalités de sa trempe, c’est un ministre « normal », modeste et sympathique que nous découvrons. Bien installé dans son fauteuil, Achille Bassilekin III a fort à faire. Depuis cette matinée du 04 avril, il enchaîne les audiences et réunions avec ses collaborateurs. Les parapheurs de dossiers et autres sur lesquels il doit se pencher avant la fin de la journée, s’amoncellent sur sa table. C’est pourtant volontiers qu’il se plie à l’interview portant sur ses 100 premiers jours à la tête du Ministère des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa). De façon synthétique, explique-t-il, « le processus est en pleine construction ».

« Notre démarche va servir à amplifier l’ouverture sur le monde en termes d’adaptation et de transposition dans notre écosystème, des pratiques de management et du développement du secteur privé », ajoute l’ancien secrétaire général du ministère du Commerce (Mincommerce) et du ministère des Relations extérieures (Minrex). Depuis le 04 janvier, date à laquelle il est entré au gouvernement, Achille Bassilekin III multiplie des actions. « Nous avons fait pousser un certain nombre de points : nous avons signé une convention de collaboration entre l’Agence de promotion des Pme et diverses banques (… ) Nous allons continuer de monter en puissance dans l’accompagnement des incubateurs, notamment dans l’apprentissage aux méthodes modernes de management, etc. », confie-t-il. Le secteur privé n’a aucun secret pour lui ; il se sent d’ailleurs à la bonne place. «ca mer be Je me sens bien dans ce ministère et je m’en réjouis même, parce qu’ayant été en chargé du secteur privé pendant plus d’une quinzaine d’années dans des fonctions internationales. Etre à la tête de ce département ministériel me permet de mettre en oeuvre un certain nombre de recettes que j’ai pu pratiquer sur le plan international en direction d’autres pays. J’ai l’opportunité de pouvoir mettre cela en oeuvre dans mon propre pays », se félicite Achille Bassilekin III.

Et pour atteindre ces objectifs, le ministre mise surtout sur ses collaborateurs. Ces derniers le dépeignent d’ailleurs comme quelqu’un d’« acharné et de très rigoureux » dans le travail. Dès 7h il est déjà présent, et les heures de son départ varient entre 23h et 1h du matin, apprend-on. Son leitmotiv : le besoin de résultats. « La priorité du ministre c’est que le travail se fasse avec célérité. Il a d’ailleurs mis sur pied une nomenclature du délai de traitement des dossiers », confie Ferdinand Ekango, cadre à la cellule de communication.

15avril
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo