Diplomatie : Voici ce que Israà«l gagne au Cameroun
CAMEROUN :: SOCIETE

Diplomatie : Voici ce que Israà«l gagne au Cameroun :: CAMEROON

Les échanges commerciaux sont quasi inexistants. Mais pour l’ambassadeur Ran Gidor, son pays a fait du Cameroun un « ami » dans le conflit contre la Palestine.

Comment expliquer que le Cameroun compte parmi les 10 pays africains où Israël a ouvert une ambassade ? Yaoundé abrite d’ailleurs l’unique représentation diplomatique de l’Etat hébreux en Afrique centrale. La réponse à cette question ne se trouve guère dans les échanges commerciaux entre les deux pays. L’ambassadeur israélien, Ran Gidor, reconnaît que les intérêts économiques et la quête des ressources naturelles ne constituent pas la motivation première de l’Etat juif.

D’ailleurs, les échanges commerciaux avec le Cameroun sont si faibles qu’Israël ne dispose même pas de chiffres sur la balance commerciale. Quelques investisseurs israéliens sont déjà venus explorer des opportunités d’affaires en terre camerounaise ; sans plus. Dans son bilan de l’année 2017, le diplomate Ran Gidor rappelle combien la corruption et les longues procédures demeurent un frein à l’investissement dans les pays d’Afrique centrale.

Si l’Etat juif maintient une ambassade à Yaoundé malgré tout, c’est parce que le Cameroun reste un allié non négligeable, d’une part dans le conflit contre la Palestine et, d’autre part, face à l’hostilité que le monde manifeste parfois à l’égard de l’Etat juif. « Le Cameroun n’a jamais voté contre Israël à l’Onu. Soit il s’abstient, soit il nous supporte. Nous savons que c’est un grand ami », explique l’ambassadeur Ran Gidor qui est en poste à Yaoundé depuis mai 2016.

En décembre 2017, le gouvernement camerounais a manifesté ce soutien implicite en s’abstenant lors du vote de la résolution condamnant la décision des Etats-Unis qui reconnaît la ville de Jérusalem comme capitale d’Israël. Le Cameroun a ainsi refusé de prendre position sur un texte adopté pourtant à une large majorité (par 128 des 193 Etats membres de l’Assemblée générale de l’Onu.) Yaoundé n’a pas seulement ménagé son partenaire israélien. Il fallait aussi éviter de fâcher les Etats-Unis qui avaient déjà brandi la menace des représailles financières contre les pays hostiles à sa décision.

Opération marketing

Depuis l’établissement des relations bilatérales en 1960, Israël a fini par s’imposer comme un partenaire de choix du Cameroun en matière sécuritaire, notamment la formation et l’équipement des corps d’élite de l’armée comme le Bataillon d’intervention rapide et la Garde présidentielle. Le Bir a d’ailleurs été mis en place par le colonel à la retraite Avi Abraham Sirvan, ancien attaché de défense à l’ambassade d’Israël à Yaoundé. A sa mort en 2010 dans un accident d’hélicoptère, il était à la fois le commandant du Bir et le conseiller spécial militaire du président Paul Biya. Même après le décès tragique du colonel Sirvan, la coopération militaire s’est poursuivie et s’est même densifiée. Israël se veut un allié du Cameroun dans la lutte contre le terrorisme et Boko Haram.

Si dans le domaine militaire, l’Etat hébreux préfère agir avec discrétion, il recherche en revanche de la visibilité auprès de la population camerounaise via des projets dans les secteurs de l’éducation, la santé ou encore la prise en charge des réfugiés présents sur le territoire national. Ici, rien n’est négligé pour vendre l’image de marque d’Israël qui apporte son expertise technologique aux établissements d’enseignement secondaire et universitaire.

La mécatronique et la robotique sont par exemple enseignées dans le High Tech Center de l’Ecole nationale supérieure polytechnique de Yaoundé. Depuis 2 ans, l’ambassade à Yaoundé organise un séminaire annuel qui réunit 100 jeunes entrepreneurs. Ils ont l’occasion de murir leurs projets d’entreprise et même d’être suivis au sein des incubateurs. L’agence israélienne pour le développement international (Mashav) permet à d’autres jeunes camerounais de suivre en Israël des formations ou des stages dans les domaines de l’agriculture, de l’entreprenariat agricole, de l’environnement, du développement communautaire, etc.

Ces actions et bien d’autres ne visent pas un bénéfice mesurable dans l’immédiat. Mais il est clair que l’opération marketing a son effet : le label israélien semble passer au Cameroun.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo