Campagne des Lions indomptables au mondial 2022 : Les faux débats phagocytent l’union sacrée
CAMEROUN :: SPORT

CAMEROUN :: Campagne des Lions indomptables au mondial 2022 : Les faux débats phagocytent l’union sacrée :: CAMEROON

Au moment où les ambassadeurs du Cameroun à la coupe du monde de football 2022 au Qatar, entendent représenter valablement le Cameroun d’une part et le continent africain d’autre part, certains médias en proie à la sensation et au scoop, font naître des faux débats qui inondent l’opinion de querelles de chiffonniers en lieu et place de l’union sacrée de tous les Camerounais autour de l’équipe nationale de football.

Ces faux débats portent sur la non convocation de Ngadeu Ngadjui et sur l’érection de Samuel Eto’o Fils en véritable sélectionneur des Lions indomptables. Pour chacun de ses sujets, les journalistes qui organisent ces débats, nous installent au mieux dans les procès en sorcellerie ou au pire dans des actes de distraction préjudiciables à la sérénité qui devrait être observée juste à sept jours de la première rencontre que l’équipe nationale de football du Cameroun doit livrer contre celle de la Suisse.

Pour ce qui concerne la non convocation de Ngadeu Ngadjui, il y a lieu d’observer ici, une polarisation du débat sur le cas de ce seul joueur alors que bien d’autres noms méritaient d’être évoqués comme ceux de Ganogo ou encore Tawamba dont on peut aussi regretter l’absence sur la liste des 26 joueurs retenus. Regretter l’absence de  Ngadeu,  peut être compréhensible si l’on s’appuie sur le fait que ce joueur a contribué de façon significative à la qualification de l’équipe nationale du Cameroun et plus précisément dans l’action du but crucificateur de l’Algérie à Bilda.

Mais de là, à en faire une affaire d’Etat au point de verser dans l’affabulation semble relever d’un procès en sorcellerie. Les consultants des questions de sports, qui se sont multipliés ces derniers mois, versent plus dans l’expression de leurs sentiments que dans l’analyse proprement dite. Pis encore, les journalistes qui abandonnent les faits pour se contenter des élucubrations ou mieux aux déclarations sans fondements. Comment comprendre que les journalistes se refusent d’investiguer  sur un éventuel climat délétère qui règne entre Ngadeu Ngadjui et un autre joueur de l’équipe nationale pour accorder plutôt d’importance à la spéculation.

Autre débat, autre navigation à vue, c’est la fixation que font certains journalistes et consultants sur les propos d’un universitaire chargé de mission au dénigrement des activités de la Fécafoot. Cet universitaire a déclaré sur un plateau  de télévision dimanche dernier, que le véritable sélectionneur de l’équipe nationale est Samuel Eto’o, révélant par la même occasion que la liste des 26 joueurs retenus pour l’expédition qatarienne a été remise à Rigobert Song sur la table de la conférence d’après match contre la Jamaïque. Une déclaration qui est sans fondement puisque son auteur n’a pas fourni des éléments de preuves à ses allégations.

Ce sont ces allégations sans fondements que certains journalistes, adeptes des informations sensationnelles reprennent sans aucun recul que l’esprit critique impose pourtant à tout chercheur de la vérité. Les commentaires vont bon train et dans tous les sens sans forcément renfermer la vérité. C’est par exemple lorsque les spécialistes des affabulations cousent de fil blanc l’idée que la non sélection de Ngadeu Ngadjui a été commanditée par Samuel Eto’o Fils à cause des antécédents que le président de la Fécafoot n’a pas dirigé jusqu’ici. Il y a donc dans ces allégations, l’idée que la mise à l’écart du défenseur des Lions indomptables est plus le produit d’un règlement de compte que celui d’une disqualification objective.

Autant d’insinuations dénuées de fondement et qui ne visent qu’à créer un climat de tension au sein de la tanière. On peut s’imaginer que les anciens co-équipiers de Ngadeu Ngadjui retenus parmi les 26,  notamment ceux qui lui étaient plus proches, peuvent lui être empathiques et vouloir venger même en acte, la non sélection de leur pote. Aux uns et aux autres donc, de savoir garder raison en remuant au moins sept fois leur langue avant de tenir tout propos au moment où le bon sens commande de mettre d’abord les sujets polémiques en veilleuse et apporter unanimement le soutien aux lions indomptables. 

Lire aussi dans la rubrique SPORT

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo