En prison depuis 03 mois pour prostitution et diffusion de vidéos porno, Biloa Atangana  élargie
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: En prison depuis 03 mois pour prostitution et diffusion de vidéos porno, Biloa Atangana élargie :: CAMEROON

Happy end pour la petite BILOA ATANGANA Christelle. Après quasiment  trois mois d'incarcération  à la prison centrale de  Yaoundé - Kondengui, la jeune fille de 20 ans a été élargie ce mercredi 19 octobre 2022, par la justice camerounaise. Le  le  réquisitoire introductif et supplétif a penché en sa faveur.  Aussi a-t-elle  été élargie sur décision de  MPOULE  ENONGUE  Carine Myriam, présidente du tribunal de première instance (TPI) de Mfoundi centre administratif, dans la région du Centre Cameroun.  La sentence a été lue par le tribunal,  en présence de sa famille, dont de sa maman, ainsi qu'un public venu nombreux. 

La  celle qui avait avoué vouloir marcher sur les traces de plusieurs femmes des réseaux sociaux devenues riches et célèbres, et couramment appelées influenceuses,  a été favorisée par  des circonstances attenantes. La prévenue avait un casier judiciaire néant  ; elle est  en en proie à la  déperdition morale, et  devra  de ce fait, suivre une thérapie psychologique  et psychopathologique dans une formation sanitaire appropriée.  La fragilité et la vulnérabilité de son  jeune âge ont aussi plaidé en  faveur de la relaxe de la jeune fille. Il lui a également été recommandé de reprendre le chemin de l'école, afin de bâtir plus solidement sa personnalité sur des bases  éthiques et morales.

Le  tribunal a cependant émis   une mise en garde :  en cas de récidive, BILOA  ATANGANA Christelle  subira toute le rigueur de la loi du Cameroun en matière de prostitution et de diffusion d'images obscènes.

La petite Christelle devra encore passer un ou deux jours en prison,  le temps que les  frais d'amende  et depens fixés par le tribunal  soient payés, et  versés  au trésor public,  et  les formalités de levée d'écrou au greffe de la prison centrale de Yaoundé -  Kondengui, remplies.  Dans tous les cas, la justice camerounaise a, comme suivi, la voix de l'opinion publique qui souhaitait la relaxe pure et simple de la jeune fille, arguant qu'il s'agissait d'une justice à deux vitesses qui, permet aux femmes célèbres et fortunées de parler de leurs ébats sexuels sur les réseaux sociaux et dans des livres, sans être inquiétées, quand certaines de ces femmes aux mœurs dissolues, ne sont tout simplement pas invitées par l'État du Cameroun, aux frais du contribuable.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo