PREDICATION DU DIMANCHE 02 OCTOBRE 2022  Rév. Dr Joël Hervé BOUDJA
FRANCE :: RéLIGION

FRANCE :: PREDICATION DU DIMANCHE 02 OCTOBRE 2022 Rév. Dr Joël Hervé BOUDJA

Textes : Habakuk 1, 2-3 ; II Timothée 1, 6-14 ; Luc 17, 5-10                                                                                                                                                                                                                                Seigneur, augmente en nous la foi !

Voilà ce que les Apôtres demandent à Jésus. Sans nul doute si nous étions à leur place, notre demande serait-elle tout autre ! Pour certain ce serait, de l’argent, d’autre, du travail avec moins de stress, d’autre encore la santé, et aussi du confort matériel et j’en passe… Si nous étions à leur place, nous aurions pu demander des choses utiles pour notre bien-être, pour satisfaire nos « faux » besoins et nos caprices.

Chaque jour, nous demandons beaucoup de chose au Seigneur, mais sont-elles vraiment les plus nécessaires pour notre vie ? Qui parmi nous ce matin, aurait le courage de Salomon pour demander au Seigneur la sagesse ? Ou bien l’humilité des Apôtres pour demander d’augmenter sa foi ?

« Seigneur, augmente notre foi », telle est la demande des Apôtres !

Frères et Sœurs, déjà quelques temps, depuis que les Apôtres ont entendu l’appel de Jésus : ils ont accepté de tout laisser pour le suivre, ils ont écouté son enseignement, ils ont vu les miracles et les prodiges qu’il a réalisés. Et pourtant dans l’évangile d’aujourd’hui, ils demandent à Jésus d’augmenter leur foi ? Peut-être qu’en écoutant Jésus, ils ont compris, que pour entrer dans le Royaume de Dieu, la foi est nécessaire.

Alors, l’évangile nous apporte la réponse de Jésus. Cette réponse est pour nous d’une importance capitale, car Celui qui parle c’est le Seigneur lui-même, le Sauveur de l’humanité. Voilà pourquoi j’insisterai davantage sur la réponse de Jésus.

« Seigneur, augmente notre foi !»

À cette demande, Jésus répond : « Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous auriez dit au grand arbre que voici : « Déracine-toi et va te planter dans la mer », et il vous aurait obéi !»

Jésus insiste sur l’importance et la puissance de la foi. D’ailleurs l’évangéliste Luc dans son évangile nous rapporte beaucoup de miracles que Jésus a réalisés tout en se basant sur la foi des gens. Souvenez-vous de la pécheresse à qui Jésus a dit : « Ta foi t’a sauvée, va en paix » (Luc 7, 50). Combien de paralysés, combien de lépreux qui ont été guéris à cause de leur foi. Souvenez-vous de l’hémorroïsse, celle qui a touché le vêtement de Jésus, à cause de sa foi, elle a été guérie. « Ma fille, ta foi t’a sauvée ; va en paix » (Luc 8,43-48). Également, par la foi, la fille de Jaïre a retrouvé la vie : « Ne crains pas, crois seulement, et elle sera sauvée » (Luc 8, 50).

« Seigneur, augmente notre foi »

La foi n’est pas quelque chose que l’on peut acheter. Il ne s’agit pas non plus d’une question de quantité. Il s’agit d’avoir confiance en Dieu, avec un total abandon. Il faut que notre foi soit réelle, soit vraie ! Si petite qu’elle soit, elle peut déplacer les montagnes. La foi est nécessaire, elle est le centre de toute vie chrétienne.

Nos églises sont de plus en plus clairsemées, car les gens ne pratiquent plus, ils ne croient plus. Ils vivent sans espérance – voire sans Dieu.

Frères et Sœurs, Jésus est venu pour nous sauver, mais si nous ne croyons pas, si nous ne cherchons pas à le suivre, à mettre nos pas dans les siens, à faire la volonté de Dieu, comment serions-nous sauvés ?

« Seigneur augmente notre foi ».

Plus que jamais nous avons besoin de la foi pour accomplir notre mission dans ce monde où règne l’incroyance. Faisons nôtre cette prière : « Seigneur augmente notre foi ». Que la foi soit le cœur de notre vie chrétienne. Car elle seule peut nous donner une autre manière de regarder les autres et de nous regarder également. Un regard qui change la valeur des choses, qui nous permet de reconnaître que nous sommes finalement que des serviteurs inutiles. Tournons notre regard vers Dieu, écoutons sa parole, apprenons à aimer nos prochains.

Et c’est cette même foi qui nous nous a poussé à venir ce matin dans cette maison de prière et d’adoration présenter au Seigneur notre reconnaissance, en ce jour de fête des récoltes ou de moisson.

La fête des récoltes et des moissons est pour nous l’occasion de dire merci à Dieu pour tous les bienfaits dont il nous comble ; c’est aussi l’occasion de s’engager à être généreux et à partager avec d’autres tous les dons que nous avons reçus ; c’est encore nous souvenir que même si les choses matérielles sont importantes, elles ne suffisent pas pour combler une vie d’homme et lui donner du sens.

Pour terminer, je vais vous raconter l’histoire d’un jeune garçon. " J'ai dix-neuf ans, je suis majeur, je fais donc ce que j'ai envie. Je n'ai plus besoin de votre accord si je décide de sortir. La loi me permet d'être enfin libre " dit-il à ses parents. A eux alors de rétorquer : " c'est vrai tu as dix-neuf ans, tu es majeur mais tant que tu vis chez nous, tu acceptes les règles de vie familiale qui régissent notre vie ".

Sans se décontenancer, il poursuit alors : " Toujours vos règles que vous m'imposez. Ah au fait, cette semaine, j'aurais besoin d'un peu plus d'argent de poche pour mes loisirs. Vous pourriez me le virez sur mon compte s'il vous plaît. Merci ". " Tiens, puisque la loi te permet d'être libre, elle t'autorise également à travailler pour gagner ton argent de poche " répliqua le père. L'autre se lève alors, la porte claque. Voilà sans doute un scénario qui a un goût de déjà vu pour certains d'entre nous. Il est vrai qu’il n’est pas évident de vouloir le beurre et l'argent du beurre.

Honnêtement, sommes-nous si différents de ce jeune de dix-neuf ans dans notre relation à Dieu ? Ne voulons-nous pas tout à la fois, c'est-à-dire une liberté totale à son égard et en même temps sa toute-puissance pour contrer le cours des événements naturels ou non lorsque ces derniers nous frappent de manière injuste à nos yeux ?

Liberté humaine et toute-puissance divine semblent être deux concepts antagonistes, voire contradictoires. Sauf si nous acceptons que la toute-puissance de Dieu ne lui permette pas d'interférer dans les réalités ici-bas, mais qu'elle est plutôt symbole d'une toute puissance d'amour qui se traduit dans les gestes et les regards que nous posons sur cette terre.

Ayant reçu la liberté de Dieu, nous devons humblement reconnaître que c'est à nous maintenant d'agir avec la toute-puissance divine d'amour qui nous a été donnée. Nous pouvons ensemble combattre les maux et accompagner dans la tendresse les souffrances injustes. Mais pour ce faire, il y a lieu d'avoir d'abord cette foi en nous. Une foi aussi grande que toutes les montagnes de la terre car nous vivons avec cette intime conviction que tout devient possible puisque nos paroles et nos gestes sont guidés par l'Esprit de Dieu. Nous ne renversons sans doute pas le cours des événements mais par nos attitudes positives, nous permettrons à d'autres de mieux les traverser. Alors, acteur ou spectateur ? Libre ou esclave ? Responsable ou lâche ? Ce qui est certain, c'est que nous n'aurons jamais en même temps, le beurre et l'argent du beurre.

Amen.

Lire aussi dans la rubrique RéLIGION

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo