William Kuihane : L’objectif est de permettre aux enfants d’être en contact de leurs cultures
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: William Kuihane : L’objectif est de permettre aux enfants d’être en contact de leurs cultures :: CAMEROON

Le responsable du Centre des cultures Jean Louis Dumas à l'Ong Fondation Jean Félicien Gacha explique les objectifs de l’excursion, organisée le 17 août dernier au Musée national de Yaoundé.

Pourquoi avoir choisi Yaoundé pour une partie des activités de Vacances utiles 7ème édition ?

Nous avons choisi Yaoundé pour les activités de Vacances utiles 7ème édition juste parce que le Musée national regorge ces richesses que nous enseignons et transmettons à nos enfants sur notre site de Bangoulap, dans la commune de Bangangté, département du Ndé. Il s’agit des savoirs culturels et artistiques. Là, nous dénichons des enfants qui ont des talents énormes dans différents formes d’expressions artistiques, qui s’expriment déjà très bien en Medumba (langue maternelle des peuples du département du Ndé, Ndlr)  L’année dernière à la 6ème édition de ce programme, nous étions au Musée des civilisations de Dschang avec une vague d’enfants. L’initiative est celle du Centre des cultures Jean Louis Dumas de la Fondation Jean Félicien Gacha. Nous œuvrons dans cinq grands domaines : l’éducation et la formation ; l’agriculture et l’environnement ; la santé et le social ; le tourisme solidaire ; l’artisanat et la culture.

Quel est votre degré de satisfaction après ce périple ?

Tout s’est passé comme nous l’avons souhaité. C’est une grâce et nous remercions le Seigneur qui était en fait notre guide durant le voyage Bangoulap-Yaoundé et Yaoundé-Bangoulap. Nous avons déroulé le programme que nous avons conçu de la plus belle des manières. Les enfants ont été très contents et nous aussi du fait d’avoir réalisé une part importante de leurs rêves. Ils ont visité le Musée, déclamé des poèmes et contes qu’ils ont eux-mêmes créés sur le site de la Fondation, pendant les ateliers d’écriture poétique dans lesquels ils ont été formés.

Déplacer les enfants de ces âges-là n’étant pas une tâche aisée, comment vous avez pu convaincre les parents ?

C’est un travail de longue haleine. Ce programme est mis en œuvre depuis des années. Les parents nous font entièrement confiance. Ce n’est pas facile de trainer les enfants de 4 à 16 ans, tranche d’âge admise. Mais nous avons voulu que tous les enfants bénéficient de ce programme. Nous avons mis les moyens en œuvre. Nous avons prévu un mini bus pour les tout-petits et un grand bus pour les plus grands ; avec huit encadreurs chargés de surveiller et d’animer les enfants pendant le trajet et pendant l’escapade au Musée national.

Est-ce que les enfants de quatre ans qui visitent le Musée national, peuvent-ils en tirer quelque chose ?

Je dirai très vite oui. Ils captent l’image. Sur notre site de Bangoulap nous travaillons avec des programmes adaptés aux différentes tranches d’âges. Nous avons divisé les enfants de Vacances utiles en trois catégories : les minimes qui vont de 4 à 8 ans ; les cadets qui vont de 9 à 13 ans ; et les juniors de 14 à 16 ans. Pour les tout-petits donc, nous nous basons sur les images, le coloriage pour transmettre les petits savoirs. Ils se familiarisent avec nos codes. Si nous prenons par exemple du tissu Ndop, il y a un certain nombre de symboles que les enfants reprennent sous forme de gribouillages et nous voyons l’évolution d’édition en édition de Vacances utiles.

En perspective, vous serez où l’année prochaine avec quel contenu ?

Puisque c’est un programme dynamique, nous promettons beaucoup d’améliorations. Nous faisons des séances critiques et après nous établissons un menu devant enrichir nos activités. Parlons du lieu, ça pourrait être Kribi, Garoua ou toute autre ville de notre pays. L’objectif recherché est de permettre à ces enfants d’être en contact de leurs cultures, au-delà de ce qu’on leur enseigne dans des livres d’histoire.

 

 

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo