Alelluia, Alelluia... Quand la religion devient le véritable opium des Africains
AFRIQUE :: SOCIETE

AFRIQUE :: Alelluia, Alelluia... Quand la religion devient le véritable opium des Africains

Alelluia, Amen, Alelluia, Amen , Alelluia, Amen , si vous êtes sans papier, Dieu vous le donnera…Amen, Alelluia, Amen , Si vous ne trouvez pas du boulot, Dieu vous le donnera… Alelluia, Amen . Alelluia, Amen , Si vous êtes malade, Dieu vous guérira.. Amen.. Alelluia, Amen , Fouillez dans vos poches et donnez tout à l’Eglise, Dieu vous bénira …. Alelluia, Amen . C’est ce genre de refrain que nous écoutons chaque jour dans certaines maisons, les églises improvisées, des coins aménagées pour la prière en Europe.. Sommes nous certain que toutes ces paroles sont fondées ?

Paul vient d'arriver en France, parti du Cameroun en 2001, il n'avait jamais connu le chemin de l'église. 9 ans après avoir reçu l'ordre de quitter le territoire français, Paul s'est transformé en pasteur. Tous les soirs, il réunit des dizaines de fidèles dans un enclos non utilisé de Saint Denis pour prier, demander la grâce de Dieu.

Paul n'est pas seul dans son cas. Aminata une jeune guinéenne, rêve de trouver du travail depuis 9 ans qu’elle vit en Belgique. Elle ne s’exprime ni en français, ni en néerlandais, ni en Allemand. Sans aucun Back Ground ni formation, elle espère travailler comme technicienne de surface. Ne sachant ni lire, ni écrire quel employeur pourra lui accorder la chance d’être recrutée ? C’est au pasteur d’une église dite réveillée qu’elle s’est confié depuis qu’elle ne fréquente plus la mosquée. Tous les dimanches, elle doit débourser près de 100 euros pour les services de prières rendues par le pasteur… ce, depuis bientôt 5 ans…la suite on connaît

En occident, pendant que les églises se vident, elles se remplissent d'africain. Ici on promet monde et merveille, au lieu d'aller chercher du travail, certains africains passent leur temps à prier

Pour palier le manque de vocations en occident, de plus en plus de paroisses sont tenues ou aidées par des africains. Une manière d’appâter les fidèles

Le sans papier doit prier pour ne pas tomber dans les mailles de la police, il doit prier pour avoir des papiers. On les rencontre en grande quantité dans les Eglises en Europe.

Les sans emplois non compétitifs eux aussi doivent payer le pasteur ou le prêtre pour des séances de prières spéciales. Une fois, deux fois, au bout d'une dizaine de fois, si rien ne marche, on change d'Eglise, ou de pasteur. le même scénario recommence et puis, on se ruine. Certains déboursent plus de 3000 euros pour trouver un boulot.... mais, rien.

Toujours en Occident toutes les églises africaines ne sont pas basées sur la parole de Dieu. Certaines églises ne servent pas Dieu. Elles servent plutôt ceux qui les dirigent. Pendant ce temps, ce sont les fidèles qui s'appauvrissent...

Autre constat: Nous sommes allés à Aachen en Allemagne, chez une famille constituée de 9 personnes. Le dimanche matin , pendant que papa se rend à l'église catholique, maman se dirige plutôt à l'église évangélique. L’aîné de la famille lui choisi plutôt d'aller dans une église dite réveillée pendant que ses cadets vont plutôt dans une autre église différente des autres sus-citée. Chacun recherche le bonheur dans la congrégation de son choix.

Les lieux choisis pour les cultes sont généralement des enclos inutilisés... pendant ce temps, les églises conventionnelles telles les églises catholiques sont fermés par endroits par manque de fidèle. N’en déplaisent aux africains qui contribuent à les ouvrir pour y installer une forme indicible d’arnaque. N’allez surtout pas demander aux pasteurs de ces églises africaines qui vivent dans un grand luxe et roulent dans les grosse cylindrées.. La grande inquiétude sur la présence nombreuse des africains dans ces églises demeurent.

Grands orateurs, faisant preuve d’une rhétorique aiguisée et des discours imbus d’artifices de foi, quelques Pasteurs dits "Prophètes" qui officient en ces lieux, emballent leurs fidèles et les placent dans un esprit tel qu’ils sont prêts à tout donner, soit offrir leur fortune ou mieux encore leur propre vie en échange de la promesse d’une vie meilleure.

Ces Eglises tant prisées par les Africains ne sont en réalité que des entreprises qui génèrent de l’argent. Emmanuel Vandenabele, sociologue à l'ULB de Brucelles déplore cette situation de spoliation des chrétiens. Selon lui,« il suffit que le Pasteur persuade ses fidèles avec des paroles concernant leur salut, par naïveté ils lui offrent tous leurs biens précieux : portables, bijoux, importante somme d’argent etc. ».

Au regard de ces réalités inquiétantes, l’on confirme que certaines églises d’aujourd’hui sont de véritables entreprises commerciales. Les raisons d’une telle déviation est relativement liées, à la situation de sans papiers, à la pauvreté, la paresse, l’envie, la cupidité, pour ne citer que celles-là.

De nombreux pasteurs des églises dites du «réveil» mènent grand train ou amassent des fortunes au détriment de leurs adeptes.

Dans ces églises, l'on trouve aussi souvent de belles femmes dans lequel se servent, en priorité, les encadreurs de l’église. Ensuite, soutenus par ceux-ci, de nombreux adeptes simulent des transes inspiratrices ou prétextent d’un «songe» pour choisir la femme que leur prédestinait le Saint-Esprit. De nombreux jeunes gens ont ainsi trouvé leur conjoint, parfois au détriment d’une vie de couple antérieure ou parallèle à la fièvre religieuse. Cette utilisation du Saint-Esprit à des fins lubriques explique pourquoi bon nombre de pasteurs sont devenus des véritables Don Juan.

A l’heure actuelle, il suffit qu’un prétentieux qui maîtrise quelques versets bibliques, et qui possède un petit local dans lequel il réunit une dizaine d’adeptes pour usurper le titre de pasteur ou d’évangéliste. Ce, au mépris des critères fixés par la bible et la loi. Et du coup, les personnes fragiles tombent sous le coup en espérant un monde meilleur...Mais jusqu'à quand ?

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo