Opération Epervier : « Instrumentalisée à des fins d’épuration politique »
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Opération Epervier : « Instrumentalisée à des fins d’épuration politique » :: CAMEROON

L’Opération Epervier s’est muée en instrumentalisation de la justice camerounaise à des fins d’épuration politique.

1- Par correspondances datées respectivement du 02 décembre 2020 et 15 juillet 2022 apparues dans les réseaux sociaux, le Secrétaire Général des Services de la Présidence de la République a fait savoir au Ministre en charge de la Justice les «hautes instructions» du Président Biya, prescrivant l’arrêt des poursuites engagées contre Basile Atangana Kouna à la suite de la restitution du corps du délit au Trésor public. 

Il convient de relever que Monsieur Basile Atangana Kouna bénéficiait déjà d’une autorisation d’arrêt des poursuites du Ministre de la Justice dans le cadre d’une autre affaire. Les deux affaires étant des cas de détournements présumés respectivement de 1,2 milliard de Fcfa et 1,7 milliard de Fcfa. Le 29 juillet 2022, Le Tribunal criminel spécial a ordonné la remise en liberté de Basile Atangana Kouna, ancien Ministre de l’Eau et de l’Énergie accusé de malversations financières du temps où il était Directeur général de la Camwater.

2- Arrêté depuis juillet 2016 pour des faits présumés de détournements de deniers publics, M. Amadou Vamoulké, après environ 130 renvois d’audience, reste en attente de son jugement. L’ancien Directeur Général de la CRTV est ainsi maintenu en détention préventive pendant plus de 6 ans en attendant la grâce des « hautes instructions » présidentielles. 

3- Le Pr. Gervais Mendoze de regretté mémoire, malgré tous les services rendu à la Nation, à la CRTV et au-delà, nous a quitté en 2021 dans des conditions indignes d’une Nation civilisée; les images du prisonnier malade ayant inondées les réseaux sociaux. Le défunt Professeur, ancien Ministre délégué au Ministère de la Communication n’a pas bénéficié de la grâce d’une « autorisation spéciale » du Président Biya pour une évacuation sanitaire comme Lazare Essimi Menye, Yves Michel Fotso ou l’ancien Premier Ministre Ephraïm Inoni, tous aujourd’hui, loin des barreaux et hors de portée de la justice camerounaise. 

4- Monsieur Jean-Marie Atangana Mebara écroué depuis 2008, a été acquitté des trois chefs d’inculpation qui pesaient contre lui jeudi 3 mai 2012. Alors que sa famille et ses amis attendaient sa libération, l’ancien Ministre de l’enseignement supérieur et ancien Secrétaire Général des Services de la Présidence de la République a été maintenu en prison tout un weekend, le temps de formuler une nouvelle inculpation le lundi suivant pour le maintenir entre les barreaux. 

5- Depuis l’annonce de la remise en liberté de Basile Atangana Kouna, la presse nationale rapporte les demandes de plus en plus fortes des populations, convaincues de la partialité des décisions de justice ciavant évoquées et bien d’autres, de libération d’autres personnalités détenus dans le cadre de la campagne d'assainissement des moeurs dans notre pays, campagne baptisée « Opération Epervier » par l’opinion nationale. 

Les faits ne laissent aucun doute sur la nature et les objectifs de l’Opération Epervier. La campagne judiciaire engagée depuis 2006 sous la pression des bailleurs de fonds pour la lutte anti-corruption dans notre pays s’est finalement muée en une véritable instrumentalisation de la justice camerounaise à des fins d’épuration politique. Une des conséquences graves de cette dérive de notre justice est la fracturation de la société camerounaise. C’est tous comptes faits fort justifié et inévitable qu’au vu des interventions qui ont abouti à la libération de l’ancien Directeur Général de la Camwater, des camerounais à travers le pays appellent à la libération de « leurs frères du village » abandonnés par le Rdpc qu’ils avaient servi avec zèle... 

Le Mouvement Réformateur, dénonce fermement pour le regretter la roublardise et la cruauté du Régime qui, manifestement ne se soucie pas de la multiplication des lignes de fracture au sein de la société camerounaise du fait de la promotion de l’injustice. Le Mouvement Réformateur, en dénonçant la passivité des autorités judiciaires de notre pays qui se laissent instrumentaliser à de fins politiques, appelle une fois de plus à la libération de tous les prisonniers politiques, en particulier à la libération des prisonniers de l’Opération Epervier. Le Mouvement Réformateur appelle à nouveau le Président Biya à mettre en place un Gouvernement d’Union Nationale qui devrait, entre autres missions comme la fin de la guerre dans les régions anglophones, la garantie d’une transparence électorale pour les consultations à venir, l’amélioration du pouvoir d’achat des camerounais…etc., oeuvrer à une véritable indépendance du pouvoir judicaire susceptible de réconcilier les camerounais avec la justice de notre pays. 

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo