Succession au palais d’Etoudi : Manaouda Malachie  est il l’oiseau rare ?
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Succession au palais d’Etoudi : Manaouda Malachie est il l’oiseau rare ? :: CAMEROON

La question de la succession au palais d’Etoudi, siège des institutions du Cameroun se pose avec acuité. Tantôt sous le prisme de succession générationnelle, tantôt dans le cadre d’une succession de gré à gré et même d’une passation au sein du RDPC, parti au pouvoir à Yaoundé.


En l’absence d’un dauphin bien indiqué et identifié, les dés semblent pipés au regard du silence assourdissant de l’actuel locataire du palais de l’unité à se prononcer sur le sujet. De fait, une opinion a attribué la récente visite du président Macron au Cameroun à une rencontre de négociation pour l’alternance à Yaoundé.


Rien n’y fit et le journal Le Point Hebdo ironise «Missié Macron l’autopsie... » Pour le journal, S’il a caché les véritables mobiles de sa visite au Cameroun, il n’a échappé à personne que, le président de la République française était dans une opération hasardeuse d reconquête d’un territoire qu’il tenait puissamment, mais, qui a glissé entre ses doigts à cause d’une pratique faite d’arrogance, de paternalisme et surtout de mépris. De sa visite, l’on retiendra que le Gaulois a trouvé un vieux briscard en face. Et qui semble ne lui avoir rien cédé, malgré les pressions sibyllines.  Dans les confidences du Palais d’Etoudi, revient, avec quelques aveux, quoique dissimulés, ce que seraient dorénavant les relations entre la France et le Cameroun. Et ce n’est pas pour plaire à certains...

 

Le sujet s’est invité dans les rédactions des tabloïdes à l’instar du quotidien Le Messager qui parle de Succession générationnelle. Le journal s’est transporté dans le septentrion pour faire l’autopsie d’une élite vieillissante et usée pa le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais RDPC au pouvoir depuis des décennies. Pour s’intéresser à un jeune, un ministre de la santé plein de vie. Il y a décelé «L’énigme Manaouda...».  
Pour le journal « Dans un contexte du chant de cygne où ses aînés comme :Cavaye Yeguie, Ayang Luc, Amadou Ali, Talba Mala, Zacharie Perevet, Bello Bouba, Hele Pierre . . ., sont très épuisés par trois décennies de routine dans le Renouveau, ils sont affaiblis par les maladies, le jeune ministre Manaouda est devenu la seule Hirondelle capable d'aller chanter le printemps avec la base dans le Grand Nord »


Aussi, Manaouda Malachie se présente comme l’homme qu’il faut à la place ; selon le quotidien de Pius Njawe « Aujourd'hui, l'homme Manaouda a renversé la vapeur, opéré une transhumance en sa faveur. Sa jeunesse est un grand atout. Les images du chaleureux accueil qui lui est réservé cette harmonie et la proximité-complice avec la base, les émotions et les attitudes chaudes des populations traduisent une certaine expression, un langage qui démontre que le ministre Manaouda Malachie a la mission d'être le porte flambeau du Renouveau dans le Septentrion en attendant que. . . »

Un pont de vue que ne partage pas Me Agbor Balla, activiste des droits de l’homme qui lutte pour la cause anglophone. Il s’est prêté aux questions du quotidien Mutations, paraissant à Yaoundé qui s’est exclamé  « Et si c’était un Anglophone ».  Face à La plaidoirie de Me Agbor Balla, militant des droits humains, membre du défunt consortium de la société civile anglophone.

 
Sur le terrain de l’action, le Discours de haine reste au menu et  «Musonge avoue ses limites ». Le quotidien La Nouvelle Expression pense que Malgré l’adoption d’une loi portant promotion des langues officielles au Cameroun ‘’ la pratique du bilinguisme n’est pas encore ancrée dans toutes les composantes de notre vie nationale ‘’. C’est le constat fait par la Commission nationale pour la promotion de bilinguisme et du multiculturalisme dans sa dernière publication trimestrielle.

 
 Sur la Gestion durable des déchets : « Ketcha Courtès à la conquête du modèle rwandais ». Le Journal Le Pelican écrit que Sur Très Hautes Instructions du président de la République, Mme le ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, Célestine Ketcha Courtès conduit une délégation en mission d’études du modèle rwandais de collecte et traitement de déchets de même que la production de masse des logements. Ont été sélectionnées, les Maires de villes et d’arrondissement qui produisent le plus d’ordures ménagères hier lundi 1er août 2022... 

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo