Me André Marie Tassa "Nous postulons à diriger le Cameroun avec le « pacte  Républicain »"
CAMEROUN :: POLITIQUE

Me André Marie Tassa "Nous postulons à diriger le Cameroun avec le « pacte Républicain »" :: CAMEROON

Elu secrétaire de la Fédération régionale du MRC à l’Ouest, il se base sur une logique de délégation des objectifs et des responsabilités. 
 
Quel est votre plan de déploiement en ce moment que votre liste vient d’être votée pour diriger le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(Mrc) pendant cinq ans dans la région de l’Ouest ?

Notre parti politique, le Mouvement pour le Renaissance du Cameroun (Mrc) vient d’opérer une nouvelle mutation organisationnelle et fonctionnelle pour être plus d’efficace et opérationnel à la base comme au sommet. Je demande à tous les militants d’être disciplinés. Je demande à tous les militants de se souder les coudes et rester mobilisés. Nous devons êtres solidaires pour donner une vive allure au train de la Renaissance dans notre région.

Quels sont les leviers que vous allez activer pour être plus fort qu’avant ?

A l’heure de la décentralisation, nous envisageons une gestion participative. Une gestion qui vise à remplacer la surveillance par la rationalité dont les principes sont supposés neutres, car ils visent une obéissance à des lois impersonnelles ; vertueux, car ils favorisent l’autorégulation des comportements ; et justes, car ils sont fondés scientifiquement. Pour ce faire, il est impératif que la gestion de la Fédération Régionale du Mrc à l’Ouest reste basée sur une logique de délégation des objectifs et des responsabilités par leur déclinaison, au regard des finalités de notre Mouvement. Au-delà de cette légitimité  consolidée  à travers cette élection en tant qu’agent économique, notre bureau doit bénéficier d’une légitimité sociale qui n’est admise que dans la mesure où elle répond à des besoins spécifiques que sont sa contribution à la création simultanée de richesses et d’emplois et la distribution des revenus. Sa pérennité est condition de sa rentabilité et de la réalisation d’un profit, qui lui permet l’atteinte d’objectifs politiques, économiques et sociaux. Ainsi, la mission qui est notre est essentiellement orientée par un problème public, inscrit au calendrier politique à la suite d’une prise de conscience collective qui en fait une politique publique avec des objectifs plus ou moins explicites.
L’existence de l’organisation publique n’est donc légitimée que dans la mesure où elle répond à des besoins sociaux, et elle est tributaire de la légitimité de l’État. Nous tenons à une légitimité qui est – comme l’écrit Rochet – « rattachée à celle du bien commun, ainsi qu’à l’interaction entre les citoyens et l’État comme moyen de validation des finalités et de construction du cadre légal en accord avec la légitimité des fins».

Il se pourrait que des militants du Mrc dont les candidatures ont été invalidées lors des élections internes envisagent la création d’une formation politique. Quelle est votre réaction ?

Nous sommes républicains dans notre démarche partisane. Nous postulons à diriger le Cameroun avec le « pacte  Républicain ». Ce pacte républicain commande créer entre les camerounais une nouvelle fraternité fondée sur une communauté d’idée et de valeurs. Chaque personne est libre d’embarquer ou de descendre du train de la Renaissance, comme le dit souvent le Président national du Mrc, le Pr Maurice Kamto. Nous ne chassons personne. Cependant, il est primordial que nous au Mrc cheminions avec des personnes qui incarnent les valeurs de justice, de vérité et d’honnêteté pour lesquelles nous prônons. Le militant du Mrc doit être un modèle social. Il ne doit pas être un prévaricateur de la fortune publique. Il ne doit pas être un faussaire. Les personnes sans ancrages éthique et idéologique sont libres de quitter…Se débarrasser des mauvais éléments ne constituent pas une perte

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo