La FIFA donne gain de cause à Antonio Conceicao
CAMEROUN :: SPORT

CAMEROUN :: La FIFA donne gain de cause à Antonio Conceicao :: CAMEROON

900 millions de FCFA comme arriérés de salaire pour licenciement abusif, 140 millions de FCFA de dommages et intérêts. Voilà ce que la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT) devra payer à l'ancien entraîneur sélectionneur des Lions indomptables, le Portugais Antonio Conceicao Da Silva. Le 28 février 2022, juste après la Coupe d'Afrique des nations de football qui se jouait en terre camerounaise, le technicien portugais était limogé de son poste alors que son contrat courait jusqu'en 2023. Pour justifier le renvoi de Antonio Conceicao Da Silva, la FECAFOOT avait alors évoqué ses choix tactiques tatillons et ses relations tendues avec certains joueurs, en l'occurrence Éric Maxime Tchoupo Moting.

Ces « fautes » avaient eu pour conséquence, selon les accusateurs, la sortie des Lions indomptables en demi-finale de la CAN à domicile. Aux yeux du président de la FECAFOOT, Samuel Eto'o fils, c'était intolérable. Arrivé à la tête des Lions indomptables en 2019, Antonio Conceicao Da Silva, dont le contrat courait jusqu'en 2023, a livré 23 matches pour 14 victoires, 6 matches nuls et 3 défaites. Ce palmarès aurait pu plaider pour son maintien, mais au Cameroun l'échec est un mot banni des dictionnaires des supporters des Lions indomptables.

Après le limogeage du technicien portugais, deux possibilités s'offraient aux officiels camerounais : payer rapidement les arriérés de salaire pour les 18 mois restant du contrat, ou alors négocier un compromis et payer une somme symbolique à Antonio Conceicao Da Silva. Les lenteurs et le peu d'empressement à ouvrir des négociations ont fini par lasser le technicien portugais qui a saisi la chambre d'arbitrage de la FIFA. La FECAFOOT aurait encore pu négocier après avoir reçu la transmission du dossier, mais elle n'a pas répondu dans les délais à la fédération internationale.

Des dommages costauds

Les sommes à payer à Antonio Conceicao Da Silva sont costaudes et se justifient parce qu'il y a eu rupture abusive de contrat. C'est une habitude bien camerounaise de se séparer du sélectionneur national de football dès que les Lions indomptables ratent une compétition. Depuis 1990, le seul entraîneur national qui n'a pas été limogé de son poste après une défaite c'est le russe Valery Nepomniachi, après la débâcle de la Coupe d'Afrique des nations de 1990. Avant Antonio Conceicao Da Silva, la FECAFOOT a eu à payer au Néerlandais Clarence Seedorf 207 millions de FCFA pour licenciement abusif. D'autres dossiers contre la FECAFOOT pour rupture abusive de contrat sont en attente devant les instances juridiques du sport. À la lumière du verdict du dossier du technicien portugais, il se dessine d'autres paiements des sommes importantes pour indemniser les plaignants. Il est impératif pour la FECAFOOT de revoir sa méthodologie de signature de contrat pour à l'avenir éviter les désagréments.

Lire aussi dans la rubrique SPORT

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo