PENURIE DES PIECES DE MONNAIES, LES BANQUES ET GRANDES SURFACES COMPLICES.
CAMEROUN :: ECONOMIE

CAMEROUN :: PENURIE DES PIECES DE MONNAIES, LES BANQUES ET GRANDES SURFACES COMPLICES. :: CAMEROON

Pénurie de monnaie au Cameroun, le ministre du commerce doit mettre sur pieds une brigade pour sanctionner les grandes surfaces qui ne disposent pas dans leurs caisses les réserves en monnaie pour rembourser les clients. C’est du moins une proposition de l’APECN (Association pour la promotion de l’entreprenariat et de la citoyenneté à travers la numérique) qui, fort du constat sur la rareté des pièces de monnaie, d’indigne du refus de coopérer des grandes distributions, super marchés, poissonneries et boulangeries.


En effet, selon un haut responsable de la Beac, un guichet a été ouvert pour la distribution exclusive des pièces de rechanges et petites monnaies, mais ceux qui doivent servir de relais de distribution trouvent désavantageux de s’approvisionner en pièces car la rareté leur permet de majorer les prix des marchandises. 
Pour la banque

centrale, il y a suffisamment de monnaie au Cameroun, car l’année dernière, sur les 4 milliards injectés en monnaie dans le circuit économique de la CEMAC contre les pénuries, le Cameroun avait capte 1,728 milliard de FCFA.


«Dans certaines directions nationales comme celle de Yaoundé, des guichets ont été ouverts où des boulangeries, des pharmacies, des distributeurs de produits pétroliers, des grandes surfaces…peuvent venir échanger leurs billets en pièces. A Yaoundé, ces guichets sont ouverts tous les jeudis et vendredis. A Douala, un dispositif similaire est mis en place. Mais cette information n’a pas circulé suffisamment, ce qui fait que beaucoup de ces opérateurs ne viennent pas retirer des pièces. D’autres, bien informés de cette possibilité, la trouvent un peu lourde et tracassière. Or beaucoup de ces opérateurs tirent profit de la situation de rareté des pièces, qui leur permet d’augmenter artificiellement les prix ou d’écouler des produits de faibles prix qui, sinon, seraient moins achetés par les clients ».Explique le cadre de la BEAC à Ecomatin.


Au-delà de la ruse des gros distributeurs, il y a l’inertie auprès des banques, qui devant les guichets refusent les pièces parfois lourdes à transporter et exigent des transactions en billets.


« Il y a beaucoup de pièces en ce moment dans l’économie. Le problème qui se pose est un problème de circuit de distribution. Il se pose depuis toujours et tout particulièrement ces derniers temps. Quand les banques qui doivent assurer la distribution de ces pièces de monnaie viennent faire des retraits à la Banque centrale, elles ne prennent pas de pièces et préfèrent les billets» révèle le cadre de banque centrale.


« Si le ministère du commerce tarde à sévir, il restera donc à la société civile et aux populations de s’organiser pour contraindre les banques à plus de responsabilité et un minimum de considération envers les populations qui sont leurs clients » .Conclut le coordonnateur de La société civile  l’APECN.

Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo