LE MEDIATEUR UNIVERSEL ECRIT AU MAIRE DE LA CAPITALE A PROPOS DES MONUMENTS RECEMMENT ERIGES
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: LE MEDIATEUR UNIVERSEL ECRIT AU MAIRE DE LA CAPITALE A PROPOS DES MONUMENTS RECEMMENT ERIGES :: CAMEROON

Demande de clarifications sur les nouveaux « monuments » récemment érigés, en cours de réalisation ou en projet dans la ville capitale de la République
                   
Monsieur le Maire,

En vous renouvelant mes sincères encouragements ainsi que mon profond respect, en citadin attentif de notre capitale Yaoundé, je saisi l’occasion pour vous féliciter une fois encore, d’avoir été choisi par les instances suprêmes de votre parti, pour assumer les responsabilités de Maire, au lendemain des dernières élections municipales.

Vos administrés, le pays et le monde, ont découvert lors du défilé d’usage marquant la célébration de la fête nationale du 20 Mai à Yaoundé, « une construction artistique » louable en forme de deux demi cercles croisés, avec un ballon, et surplombés de deux fauteuils symboles du dialogue, gravés des inscriptions en nos deux langues principales, exaltant l’attachement au pays. Depuis lors, des critiques très soutenues sont apparues, venant aussi bien des politiciens que des intellectuels et leaders d’opinion que l’on ne saurait soupçonner ni de complaisance, ni provocations stériles et d’activisme. Dans l’ensemble, tous expriment incompréhension, curiosité, désapprobation, et contestation.

A ce propos, l’une des règles d’or de la gestion démocratique de la cité, repose sur la consultation publique des citoyens, en usant d’un sondage le plus large et le plus transparent que possible. La démarche suppose au préalable, une résolution claire et précise de l’assemblée plénière et souveraine de la ville, en somme le conseil municipal. Pour un monument, c’est tout un concours qui est lancé.

C’est le lieu de rappeler qu’avec la mise en place des Conseils régionaux, le Cameroun a franchi un pas important, pour donner effectivement aux citoyens, dans une logique de participation active et qualifiée, le droit de s’exprimer sur le destin et le façonnement de leur environnement immédiat, au plan matériel, humain, culturel et architectural. On ne devrait plus se lever un matin et découvrir un monument dans la ville. Le Maire peut ériger ce qu’il veut dans le jardin de sa résidence privée, mais il ne peut pas ériger ce qu’il veut dans la ville.

Dans le cas d’espèce, les citadins ne comprennent rien à ce qui se passe depuis un certain temps dans leur ville, et ont le sentiment que la démocratie locale sur laquelle ils fondent tant d’espoirs et de rêves, ne se vérifie pas dans la gestion de la cité, notamment en ce qui concerne la disposition, l’embellissement et l’appropriation des espaces. Aussi, que ce soit l’ouvrage érigé au carrefour menant à la présidence de la république ou que ce soit celui de la place de la BEAC, les gens sont perdus. D’où sortent ces « monuments » ? S’agit-il vraiment de monuments, et auquel cas, à quoi renvoient-ils dans l’histoire de notre pays, dans son vécu quotidien, ses mœurs, sa culture, ses populations et ses valeurs ? Quelle portée, signification, enseignements, renseignements et confort pour nos enfants, pour le visiteur étranger, pour la postérité ? Comment ont été décidées ces constructions, par quelles résolutions du conseil municipal ?  Pourriez-vous rendre public la substance des résolutions, le cahier des charges, la liste des entreprises soumissionnaires, les coûts, l’origine du financement, les procès-verbaux de contrôle et de réception ? Ces constructions s’intègrent-elles vraiment dans le plan directeur d’aménagement de la ville ? 

A Yaoundé, on change les ouvrages sur les places comme des sous-vêtements, sans consultation citoyenne, selon les humeurs, les désirs et caprices du premier magistrat, sa liberté de dépenses et d’octroi des marchés à ses relations. Il faut en finir. Le dernier ouvrage en cause est tellement simpliste, voire banal, qu’il faut tout simplement conclure que ses auteurs manquent cruellement d’inspiration.

Vous avez dû vous rendre compte, durant vos voyages à l’étranger, que les œuvres d’art au cœur de la cité, procèdent de recherches et de rendus évocateurs. Pourquoi en sommes-nous si éloignés avec vos « monuments/constructions » ? Le Cameroun regorge de précieux et talentueux architectes, ingénieurs, techniciens et génies de toutes les spécialités de l’art, du savoir et de la connaissance. En attendant d’obtenir les clarifications pour apaiser des doutes légitimes, nous vous conseillons, dans un esprit de dialogue, de tolérance, d’humilité et de bonne gouvernance retrouvée, de veiller à associer au maximum les citoyens, et de recourir aux compétences nationales autant que possible, dans le respect des prescriptions de la transparence, et conformément aux lois et règlements de la République.
Fraternellement./.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo