Ordre des avocats du Cameroun : Les anciens Bâtonniers sont fâchés
CAMEROUN :: SOCIETE

Ordre des avocats du Cameroun : Les anciens Bâtonniers sont fâchés :: CAMEROON

A l’invitation du Doyen Yondo  Black, les anciens Bâtonniers de l’ordre des avocats du Cameroun s’étaient retrouvés le 16 Avril 2022 à Douala. Une invitation à une réflexion sur l’état de déliquescence du barreau du Cameroun. A la veille de l’assemblée générale élective du bureau du Barreau, les anciens invitent à une prise de conscience collective.

Ils étaient 7 au total. Parmi ceux que le Cameroun compte de brillants avocats : YONDO BLACK. Patrice MONTHE. Luke SENDZE.AKERE TABENG MUNA. Charles TCHOUNGANG. ETA BESONG JUNIOR. Jackson Francis NGNIE KAMGA. A l’unanimité, ils ont constatés que le barreau va mal. Et pour cause « du fait de sa politisation et de sa communautarisation, le Barreau du Cameroun a perdu toute sa place institutionnelle de Gardien des Libertés et Droits fondamentaux dans la société.Elle déplore solennellement que ce fait ait été suscité et entretenu par les Pouvoirs Publics de la République qui de longue date, ont entrepris et continuent jusqu’à ce jour de fragiliser le Barreau du Cameroun, de paupériser ses Membres et de se servir des divisions ainsi créées pour nourrir la pérennité de leur emprise sur les Droits et Libertés au Cameroun »

Dans ce que le quotidien Le jour qualifie de « coup de gueule des anciens Bâtonniers », ils dénoncent le fait que les Avocats du Barreau du Cameroun soient livrés aux brimades, bastonnades et brutalités des forces de Police et de Gendarmerie, lesquelles n’hésitent point à pousser leurs brutalités jusqu’à l’emprisonnement sans aucun ménagement des Avocats, considérés arbitrairement comme des gênes dans l’exercice de leur autorité.

 Le quotidien La Nouvelle Expression reprend que «les anciennes bâtonniers montent au créneau ». Ce sont huit anciens bâtonniers de l’Ordre des avocats du Cameroun qui, pour la première fois, se mettent ensemble pour faire l’autopsie du système Judiciaire camerounais en général, et particulièrement les profonds maux qui minent le barreau du Cameroun ces dernières années. Ils viennent de publier une déclaration historique qui intervient à un moment où des élections tumultueuses se préparent dans une corporation à la croisée des chemins.

Aussi, la conférence des anciens Bâtonniers pointe du doigt « les Pouvoirs Publics ainsi que le Ministre de la Justice à prendre les dispositions nécessaires pour mettre promptement un terme au mépris ainsi affiché à l’égard des Avocats, lequel mépris a gangrené fortement les Palais de Justice de la République dans lesquels l’Avocat n’a pratiquement plus sa place auprès des Magistrats, ceux-ci préférant traiter directement avec les justiciables, et leur accordant plus de considération en fonction des intérêts personnels qu’ils trouvent dans leurs relations clandestines »

Au finish les anciens appellent à une assemblée générale extraordinaire qui aura pour avantage : de faire objectivement un état des lieux au cours d’un débat citoyen, alimenté par la participation de tous, sans complaisance, en marge de toutes considérations communautaires, claniques et/ou ethno-tribalistes. D’établir un cahier de charges, expression de la majorité des avocats pour définir les chantiers prioritaires que devraient ouvrir en urgence nos prochains dirigeants de l’ordre.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo