Grève des enseignants : L’ultimatum des parents d'élèves au premier ministre
CAMEROUN :: REVUE DE PRESSE

CAMEROUN :: Grève des enseignants : L’ultimatum des parents d'élèves au premier ministre :: CAMEROON

Le mot d’ordre de « craie morte » initié par le mouvement des enseignants «  On a trop Supporté » OTS s’enlise sur le terrain. Malgré les concessions faites par le gouvernement, la grève perdure et prend des proportions. Sur le champ de l’action, les parents d’élèves sont entrés dans le jeu, par une lettre-ultimatum qu’ils viennent de présenter au Premier Ministre chef du gouvernement.

Une abondante correspondance de la coordination des associations des parents d’élèves a été adressée au premier ministre. Dans cette lettre, les parents s’indignent du fait que le gouvernent de la République n’ait réagi que deux semaines après le début de la grève des enseignants. Bien plus et pour la coordination, le déblocage de 2,7 milliards pour le paiement des frais des examens, bien qu’il soit une mesure salutaire ne suffit pas pour régler le problème des enseignants qui se décline sur plusieurs points : Intégration, salaire, indemnité, statut de l’enseignant…Aussi, la coordination annonce une série de manifestations pacifiques à partir du 14 Mars si rien n’est fait.

Sur la correspondance, on peut lire « En renouvellant notre soutien au mouvement, nous vous invitons à apporter des décisions  urgentes avec un calendrier ne dépassant pas 2 mois et ce avant lundi 14 Mars 2022 afin de sauver l’éducation, la jeunesse et l’avenir du Cameroun » Et, bien plus «  Passé ce délai, nous invitons tous les acteurs du système éducatif : parents enseignants et apprenants à des manifestations pacifiques tous les mardis et jeudis de 10H à 14H à partir du mardi 15 Jusqu’à la résolution des revendications légitimes par le chef de l’Etat »

Le quotidien Le Jour estime que « les parents s’invitent dans la grève ». Les initiateurs de l’opération «  craie morte » aujourd’hui rendue à sa troisième semaine reçoivent des soutiens. «Qui va payer la note ? » rétorque le quotidien  Mutations. Pour le journal , le mouvement OTS met à nu de graves dysfonctionnements de l’administration publique et ne saurait rester sans conséquence. Finalement, pour stopper cette grève des enseignants « Faut-il remplacer les ministres concernés » ? S’interroge le journal L’info à chaud.

Le journal L’Essentiel paraissant à Yaoundé s’intéresse aux Bureaux du parlement. Avec la question lancinante « Qui pour les remplacer » ? Il s’agit de Simon Achidi Achu, vice-président du Sénat , Ibrahim Mbombo Njoya, vice-président du sénat, Sylvestre Naah Ondoua, vice-président du Sénat  Emilia Mujuwa Lifaka, vice-présidente de l’Assemblée Nationale.

De fait, Comme le veut la constitution, la deuxième session annuelle de l’assemblée Nationale et du Sénat s’ouvre le 11 Mars 2022 à Yaoundé. Ces assises se tiennent dans un contexte sociopolitique marqué par de nombreux défis qui interpellent la vie de la Nation. Parmi les sujets à débattre et présents sur la table des députés et des sénateurs, il y aura probablement le renouvellement des bureaux des deux chambres du parlement dont certains vice-présidents sont décédés entre temps.

Pour le journal le Témoin paraissant à Yaoundé, au Sommet de l’Etat : « Chamboulés nous ce gouvernement, sur très hautes instructions du chef de l’Etat ». A défaut de voir un jeu de chaises au sein du gouvernement où un remaniement de grande amplitudes, les Camerounais dans leur grande majorité suggèrent que la pratique qui est devenue un mode de gouvernance au sommet de l’Etat s’applique également sur le mouvement tant attendu.

La grande Tribune revient sur  les inflations sur les produits alimentaires, et se demande « où est passé le Conseil national de la consommation ». L’instance consultative, créée en 2016 pour défendre les intérêts des consommateurs, ne s’est réunie qu’une fois. C’était en juin 2018. Un récent rapport de l’institut national de la statistique indique que l’inflation a bondi de 9,12% entre 2016 et 2021 au Cameroun, alors que les revenus ont paradoxalement stagné.

Lire aussi dans la rubrique REVUE DE PRESSE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo