Yaoundé, palais de l’unité : Qui contrôle la communication présidentielle ?
CAMEROUN :: REVUE DE PRESSE

CAMEROUN :: Yaoundé, palais de l’unité : Qui contrôle la communication présidentielle ? :: CAMEROON

Une lettre confidentielle a circulé sur les réseaux sociaux. Faisant état d’un conflit d’autorité entre le secrétaire général de la présidence de la République et la sécurité rapprochée du président. Au sujet des technologies de l’information et la communication du palais. La presse y est revenue.

Avec la question lancinante qui se trouve dans les colonnes du journal La Nouvelle, paraissant à Yaoundé Pourquoi le SGPR voulait il contrôler les communications téléphoniques de Paul Biya ?

La réponse vient d’un autre journal de Yaoundé, L’Indépendant. « Qui tient l’information tient le pouvoir » Une correspondance du ministre d’Etat Secrétaire General de la présidence de la République SGPR, datée du 1er Mars dernier transfère l’ensemble des services des TIC de la Présidence de la République à la direction de l’informatique sous son contrôle. Un projet qui passe mal aux yeux des principaux responsables des services sécuritaires du palais qui n’y voient rien moins qu’un autre coup fourré. Une véritable guerre des réseaux pour le contrôle du pouvoir.

L’autre question, c’est le quotidien Le Messager qui le pose « Pourquoi Ekondo Titi » Questionnements autour des attaques récurrentes des combattants sécessionnistes dans cette localité du Sud-Ouest, au moment où le retour de la paix résonne comme un idéal lointain.

Le journal Emergence quant à lui s’interroge sur « pourquoi les délestages s’intensifient ». Depuis la fin de la CAN, les Camerounais font face à une recrudescence des coupures d’énergie électrique. Crise hydrologique, déficit conjoncturel de la production au niveau des barrages hydroélectriques. Le gouvernement se prononce. « le gouvernement explique les véritables raisons du retour des délestages » Dans les colonnes de Sans Détour on peut lire, A l’origine de ce retour inattendu, la crise hydrologique, consécutive au changement climatique pour laquelle des solutions idoines sont en train d’être prises par le ministère de l’Eau et de l’Energie, en vue d’un dénouement prévu d’ici la fin du mois de mars en cours.

Cameroon Tribune, le quotidien à capitaux publics   fait état « des mesures correctives ». L’accroissement de la production des centrales hydroélectriques de Songloulou et d’Edéa. La réactivation et la mise en service de toutes les centrales thermiques du Réseau interconnecté Sud. La réduction, en soirée, de l’alimentation de certaines industries. Ce sont, entre autres, les actions prescrites par le gouvernement pour un retour à la normale envisagé pour la fin du mois de mars 2022.

Lire aussi dans la rubrique REVUE DE PRESSE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo