EN 2020 LA SEMRY N’A PRODUIT QUE 3000 TONNES DE RIZ SUR UN POTENTIEL DE 120 000
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: EN 2020 LA SEMRY N’A PRODUIT QUE 3000 TONNES DE RIZ SUR UN POTENTIEL DE 120 000 :: CAMEROON

 En 2019 le Cameroun a mis sur pieds un programme pour relancer la filière riz évalué à 1400 milliards de FCFA sur 5 ans. L’objectif cite par Isaac Tamba Directeur Général de l’Economie et de la programmation des investissements publics était 1,4 millions de tonnes de riz paddy, accroître le niveau de transformation de 65% à 100% et amener les camerounais à consommer le riz « Made in Cameroon » d’ici 2024.


Les chiffres de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR ) qui présentent la situation financière du premier producteur de riz au Cameroun est de loin révélateur du malaise qui  dans cette filière en 2021.

Un chiffre qui se serait dégradé en 2021.
En 2020 la Semry n’a produit que 3304,36 tonnes alors que son potentiel est de 120 000 tonnes par an les usines de l’entreprise n’ont transformé que 1,84% de la production de cette année 2020.En clair, la production de la Semry rivalise désormais avec les GIC de Tonga ou de Galim.

Sur le plan financier elle a totalise  chiffre d’affaire  7 632 684 FCFA et ne permet pas de couvrir les charges de personnel qui se situent à 912 147 381 FCFA. Soit un  résultat net   négatif (- 865 780 645 FCFA) en 2020, et chute de 182% par rapport à l’exercice précédent. 


Parlons de sa dette,  essentiellement constituée de la dette fiscale (3 382 692 309 FCFA), de la dette sociale (350 402 895 FCFA), de la dette fournisseur (2 490 513 926 FCFA) et des autres dettes (524 697 016 FCFA).


Le Nigeria voisin du Cameroun avoisine dix millions de tonnes de riz produit par an, grâce à une politique mise sur pieds par le gouvernement qui s’est avérée efficace. Contrairement au Cameroun qui prévoit augmenter sa production pour attendre un seuil avant de suspendre les importations, le Pays de Buhari a commencé par stopper l’entrée du riz sur son territoire.

Au Cameroun le gouvernement a choisi de subventionner la Semry au détriment des producteurs locaux indépendants, des paysans, contrairement au Nigeria qui pour le programme riz a injecté de l’argent pour financer les petit producteurs et paysans avec des crédits à faible taux d’intérêts .Ce qui a fait  doubler , voire tripler les productions. Ce programme aurait couté 140 milliards de FCFA au Nigeria.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo