LE TPI DE DOUALA-BONANJO DESAVOUE LE CONSUPE ET LEVE LES SCELLES SUR LES COMPTES DU CABINET ATOU
CAMEROUN :: JUSTICE

CAMEROUN :: LE TPI DE DOUALA-BONANJO DESAVOUE LE CONSUPE ET LEVE LES SCELLES SUR LES COMPTES DU CABINET ATOU :: CAMEROON

Scellés depuis le 05 novembre 2021 sur ordre du CONSUPE, les comptes du Cabinet Conseil ATOU ont été réouverts ce lundi, 29 novembre 2021, après une audience tenue au Tribunal de Première instance ( TPI) de Douala - Bonanjo.

Il s'agit de l'affaire relative à la gestion et sauvegarde des actifs résiduels des ex- sociétés d'État, dont l'ONCPB, l'ONPC ET REGIFERCAM. Les juges du  TPI ont qualifié de " VOIES DE  FAITS CARACTÉRISÉS ",  l'initiative du Contrôle Supérieur de l'État, non sans remettre en cause la qualité de ses  Contrôleurs.

Pour plusieurs observateurs, c'est le renchérissement  de la valeur des actifs des ex - ONCPB, ONPC et REGIFERCAM qui, est à la base de la cabale contre Lazare ATOU, l'Administrateur Général du Cabinet éponyme. Après la fin des liquidations des ces ex - sociétés à capitaux publics en janvier 2006, le Cabinet révèle les actifs résiduels, et ces derniers sont évalués à 65 milliards francs CFA. Et depuis lors, le Cabinet Conseil ATOU qui du reste jouit d'une expertise avérée en la matière, estime aujourd'hui à 285 milliards francs CFA, la valeur des actifs résiduels des ex -sociétés d'État citées plus haut.

Toute chose qui aux dires de certains observateurs, suscite la convoitise financière boulimique de Ferdinand NGOH NGOH le ministre d'Etat, secrétaire général de la présidence de la République qui instrumentalise alors les moyens de l'État, pour assouvir sa boulimie financière sans limite.

Bien plus, Ferdinand NGOH NGOH et Cyrus NGO'O le directeur général du Port Autonome de Douala, ont été attraits au Tribunal Criminel Spécial ( TCS) à Yaoundé, par le Cabinet Conseil ATOU, relativement au marché de sécurisation du Port Autonome de Douala. Les deux hommes sont soupçonnés d'avoir détourné plusieurs dizaines de milliards francs CFA de ce sulfureux marché avec PORTSEC de l'Israélien EVAN MORAS 

L"on comprend donc aisément l'acharnement de Ferdinand NGOH NGOH sur l'Administrateur Général du Cabinet Conseil ATOU : faire main basse sur les 285 milliards francs CFA des actifs résiduels des ex- sociétés d'État liquidées, et se venger d'être attrait en justice  en compagnie de  Cyrus NGO'O son protégé et non moins DG du Port Autonome de Douala.  

Lire aussi dans la rubrique JUSTICE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo