Empiètement sur le domaine privé de l’Etat: La députée de Bazou en rébellion contre les autorités
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Empiètement sur le domaine privé de l’Etat: La députée de Bazou en rébellion contre les autorités :: CAMEROON

Jacqueline Tchagna occupe à titre individuel, et contre l’avis du ministre des Domaines, du cadastre et des affaires foncières,  un espace du domaine privé de l’Etat appelé, selon le maire, a abrité, à l’avenir, une radio communale et des toilettes pour les usagers du télé centre communautaire.

Il est plus de  14 heures ce jeudi 22 juillet 2021 au plateau administratif de Bazou. Quatre personnes s’activent sur un chantier de maçonnerie entre le télé centre communautaire et la brigade de gendarmerie de Bazou. En violation d’une décision prise par le maire de la commune de Bazou, Dr Ing Fréderic Djeuhon, en date du 16 juillet 2021, l’équipe de techniciens commis par Ange Tchana, députée du Ndé à l’Assemblée nationale, poursuit lesdits travaux. Les uns s’affairent à transporter des parpaings alors que les autres les ajustent les uns contre les autres. Ils sont autant galvanisés dans cette tâche qu’en date du mercredi 21 juillet dernier, ils se sont mobilisés pour menacer l’équipe des agents techniques de la commune de Bazou. 

Et se disent déterminés, contre vent et marrée, à faire pousser du sol de Bazou cette maison qui servira de permanence parlementaire à Jacqueline Tchagna.

Des maçons menacent les agents communaux « Nous sommes descendus sur le terrain le mercredi 21 juillet dernier. Nous avons présenté notre ordre de sortie signé par monsieur le secrétaire général de la commune de Bazou. Nous avons indiqué aux personnes trouvées sur le chantier que nous sommes là suite à la décision municipale n°002-DM-SG-C-BZ-2021 portant interdiction de construction sur la parcelle du domaine privé de l’Etat sise au plateau administratif. J’étais accompagné de Jean Pierre Wétén chef d’unité d’urbanisme et de construction.  Ils  nous ont lancés des propos discourtois. Ils nous ont demandé de ne plus jamais mettre les pieds dans ce  chantier, sinon… », explique Léonie Chantal Guianang, chef du service technique de cette collectivité territoriale décentralisée. Pour celle-ci, la règlementation doit être respectée. « Nous sommes rentrés et nous avons rendu compte à notre hiérarchie. Nous ne voulons s’illustrer par des méthodes violentes. Nous ne sommes pas là pour faire de la violence. Nous travaillons pour la préservation de l’intérêt général », affirme-t-elle.  Une position autant confortable que l’espace sur lequel la députée occupe pour construire son cabinet parlementaire  construit devrait, selon le chef de l’exécutif municipal de Bazou, « abriter les espaces d’aisance pour les usagers de ce télé centre réalisé par le Minspotel et Camtel. » «Ce télé centre est appelé dans notre vision a évolué vers la futures bibliothèque numérique à destination de la jeunesse de notre commune. Il y sera logé notre station de radio communautaire », explique le maire Djeuhon.

En tout cas, la décision prise par monsieur le maire de la commune de Bazou est assez claire et formelle : «Toute construction édifiée sur cette parcelle de terrain en violation des dispositions de la présente décision et des règles d’urbanisme sera purement et simplement détruite par les agents de la police municipale de Bazou.»  Une option qui intervient suite à plusieurs sommations adressées-y compris par voie d’huissier-à dame Tchagna afin qu’elle arrête les travaux. Mais, madame la députée a chaque brillé par la sourde oreille. Elle brandit juste une décision signée le 11  janvier 2021 et l’autorisant a acheté dans une procédure de gré à gré cet espace du domaine privé de l’Etat.

Par contre, en date du 08 juillet 2021, le ministre des Domaines et des affaires foncières (Mindcaf) a signé une autre décision pour rendre ineffective celle de janvier. Au moment où il était 18 heures 22 minutes(le jeudi 22 juillet 2021), nous avons essayé de joindre en vain Jacqueline Tchagna pour avoir sa version des faits.
Mieux répondre à cette situation
 
En fait le patron du foncier au Cameroun répond ainsi à une correspondance initiée en date du 20 octobre 2020 par le maire de la commune de Bazou et sollicitant « l’annulation de la procédure de gré à gré au profit de dame Tchagna Jacqueline.» « La réussite de notre mission, passe entre autres  par la gestion prévisionnelle de l’occupation du sol en vue de prévoir une urbanisation maitrisée prenant en compte les besoins à moyen, voire long terme des infrastructures indispensables au développement de notre commune.  Le conseil municipal, fort de cette préoccupation a tenu sa dernière session au cours de laquelle une délibération expresse porte sur la sollicitation auprès de votre ministère de l’incorporation dans le domaine municipal d’une partie des domaines privés de l’Etat et national afin de mieux répondre à cette situation et mettre ainsi notre commune à l’abri d’un déficit éventuel  d’espace susceptible non seulement d’accueillir de nouvelles infrastructures sociales et administratives, mais aussi, de compléter celle existante et d’améliorer leur opérationnalité », écrit le premier magistrat de Bazou à l’attention du Mindcaf.  Et de poursuivre en soulignant : « Cette incorporation vise surtout à préserver l’intérêt général socle des collectivités territoriale décentralisées face à des demandes
individuelles, qui, s’expriment avec la montée palpable du taux d’urbanisation.»

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo