COVIDGATE : Des hommes politiques contaminés
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: COVIDGATE : Des hommes politiques contaminés :: CAMEROON

L’argent du coronavirus fait décidément mal dans les cercles politiques et les protagonistes en profitent pour se donner des coups parfois en dessous de la ceinture.

À la suite du rapport d’audit de la Chambre des Comptes de la Cour Suprême, qui met en cause la gestion des fonds Covid par certains départements ministériels, les adversaires du pouvoir crient haro sur le baudet et mettent tout en œuvre pour que cette « affaire » fasse le maximum de bruit et éclabousse l’ensemble du Gouvernement. Des tacles sur des co-équipiers A l’intérieur de l’équipe gouvernementale même, alors que René Sadi, le porte-parole du Gouvernement, appelle à éviter l’« emballement médiatique » tout en plaidant la présomption d’innocence, certains ministres recourent aux réseaux sociaux et aux médias classiques pour se dédouaner et même pour, de manière plus ou moins sournoise, porter un doigt accusateur sur certains de leurs collègues.

Le Premier ministre et le Secrétaire général à la Présidence ne sont pas, eux non plus, épargnés. Un respectable quotidien paraissant à Yaoundé a ainsi publié la semaine dernière un article qui répondait presque point par point aux faits relevés par le rapport d’étape de la Cour des Comptes sur la gestion des fonds Covid par le ministre Manaouda Malachie. Les observateurs n’ont pas manqué d’y voir une opération « Kilav » destinée à « blanchir » le Minsanté.

Au même moment, des documents attribuant des marchés à certains prestataires et portant la signature de Ferdinand Ngoh Ngoh sont abondamment et insidieusement relayés dans les réseaux sociaux. Les observateurs ne manquent pas d’y voir une tentative d’impliquer le maximum des personnalités, y compris les plus haut-placées, dans ce que l’on considère déjà comme un scandale gouvernemental. Au sein des ministères mêmes, ce sont parfois des collaborateurs du ministre qui sont soupçonnés d’avoir été à la manœuvre…

Les opposants aussi

Les leaders de l’opposition ne sont pas épargnés par le scandale de la gestion de l’argent du coronavirus. Il en est ainsi, par exemple, de Maurice Kamto. Le président du MRC a, le premier, été chahuté pour la gestion de l’argent collecté dans le cadre de Survie Cameroon Survival Initiative (SCSI) pour laquelle un audit a révélé un trou de plus de plus de 200 millions de FCFA.

Les partisans du MRC ont tenté, sans succès, d’attribuer ce déficit à un bug informatique. A cause de cette affaire, pour laquelle SCSI a été rebaptisée Survivol par ses détracteurs, Christian Penda Ekoka, son coordonnateur et un des principaux soutiens du Pr Kamto à l’élection présidentielle de 2018, a cru devoir prendre ses distances par rapport à ce leader politique.

Un autre politique qui n’aura pas échappé au lynchage médiatique en rapport avec la gestion des fonds Covid est le député Cabral Libiih. Le président du PCRN est soupçonné d’avoir, directement ou par personne interposée, gagné des marchés publics au ministère de la Santé. Lui s’en défend d’autant plus aisément que son nom n’apparait dans un aucun document relatif à ces marchés. Mais ses adversaires, eux, n’en démordent pas qui essayent de lui trouver un lien avec quelque prestataire. Au sein du PCRN, on semble voir la main noire du MRC derrière cette manœuvre.

Serge Espoir Biyong, adjoint au maire de Douala 5 et démissionnaire du PCRN, dément des propos que lui attribue un journal en ligne selon lesquels son départ du PCRN serait lié à cette affaire de marchés publics.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo