Le rapport de la chambre des comptes : Une fuite très politique
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Le rapport de la chambre des comptes : Une fuite très politique :: CAMEROON

Les camps en présence le reconnaissent volontiers. La fuite du rapport de synthèse de la chambre des comptes est un nouvel épisode de la guerre larvée que se mènent le garde des Sceaux et le secrétaire général de la présidence de la République. Il s'agirait du prolongement de l'échange de courtoisie par lettres officielles entre Laurent Esso et Ngoh Ngoh au sujet des auditions des membres du gouvernement impliqués dans la gestion des fonds Covid.

On se rappelle que M. Esso avait renvoyé le SGPR dans les cordes à travers une correspondance cinglante où il s'étonnait que Ngoh Ngoh lui demande d'ouvrir les auditions sur la base d'un rapport de la chambre des comptes non joint. Le ministre SGPR s'était sans doute dit que Laurent Esso, en tant que patron de la Justice était au courant du travail du parquet de la chambre. Mauvaise supposition puisque Esso insistait pour avoir le document par voie officielle. Une insistance qui a finalement débouché sur la transmission du rapport par la présidence de la République, visiblement à contrecœur.

À contrecœur, parce que deux jours tout juste après le début des auditions, le document s'est retrouvé sur la place publique. Et tous les regards se sont tournés vers monsieur Esso soupçonné par tout ce qui respire dans le gouvernement de vouloir envoyer des gens en prison à tour de bras. C'est donc lui qui serait à l'origine de la fuite. De quoi faire pouffer de rire les interlocuteurs de votre magazine au ministère de la Justice.

« Est-ce que ces gens savent combien de dossiers le garde des Sceaux traite chaque jour ? » s'interroge un proche de Laurent Esso le sourire aux lèvres. Ici, le responsable de la fuite serait Ferdinand Ngoh Ngoh, décidé à sauver sa peau en essayant de saper la confiance que le chef de l'État accorde à son ministre de la Justice.

« Comment se fait-il que ce soit le seul dossier judiciaire entre les mains du SGPR qui sorte ? », s'interroge-t-on à la chancellerie. Entre les lignes, nos sources indiquent qu'un deuxième rapport plus exhaustif a directement été transmis par Laurent Esso à la « très haute information » de Paul Biya, à main propre en contournant Ngoh Ngoh. Ce rapport porte sur la gestion des fonds mis à disposition des administrations, non pas par le FMI, mais par le budget de l'État du Cameroun. Et jusqu'ici, ses conclusions, même liminaires, restent tout simplement confidentielles.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo