Complexe sportif d’Olembe : 6,3 milliards débloqués par l’Etat au profit de Magil
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Complexe sportif d’Olembe : 6,3 milliards débloqués par l’Etat au profit de Magil :: CAMEROON

L’annonce a été faite par le ministre des Sports à l’issue de la visite qu’il a effectuée sur le chantier ce 15 avril 2021, une semaine après la relance des travaux.

Il est acquis que les travaux de l’ensemble du complexe sportif d’Olembe ne seront pas achevés avant la Can 2021 qu’organise la Cameroun, du 9 janvier au 6 février 2022. Mais, il est également acquis que les infrastructures sportives, en rapport avec cette compétition seront prêtes, à en croire l’entreprise Magil, qui a donné la fin du mois de novembre 2021 comme délai de livraison des travaux. Mais aussi, il est acquis désormais que ce stade, pour le volet Can, elle doit être livrée avec toutes ses fonctionnalités à savoir les autres infrastructures incorporées que sont l’hôtel 4 étoiles de 70 chambres, le centre commercial, le restaurant, les salles de cinéma. 

L’on se rappelle que ces travaux auraient dû être livrés depuis longtemps, s’ils n’avaient pas connu un arrêt ou alors « un ralentissement » ou « une décélération ». Le problème : l’argent. Tous les sous-traitants avaient arrêté suspendu leurs prestations pour non-paiement des travaux effectués selon les conventions avec Magil Construction, le maître d’oeuvre. La visite du chantier par le Pr Narcisse Mouelle Kombi, le ministre des Sports et maître d’ouvrage hier, 15 avril 2021, la deuxième après celle du 8 avril dernier, a permis de voir un regain d’activités sur le chantier. Au cours de la réunion ayant sanctionné la visite, une douzaine de sous-traitants ont pris la parole pour rassurer le maître d’ouvrage sur les délais de livraison qu’ils vont tenir. « A condition qu’il y ait de l’argent ». 

C’est la substance de ce qui transpirait de leurs propos après les assurances qu’ils donnaient pour la poursuite des travaux jusqu’à la fin. Occasion pour le Pr narcisse Mouelle Kombi de faire cette déclaration : « Pour rassurer les uns et les autres, je voudrais dire que, en matière administrative et financière, le Gouvernement a pris des dispositions idoines. Ces dispositions concernent la mise en place d’une facilité financière locale d’un montant de 6,3 milliards FCfa, dont le décaissement en faveur de l’entreprise Magil et au bénéfice évidemment et subséquemment des sous-traitants est imminent ». 

Toujours est-il que cette somme ne va pas être débloquée au profit de Magil ou de ses sous-traitants au hasard. Les procédures administratives en la matière ont bien été respectées. « Cette entreprise nous a produit un mémoire de dépense, qui nous rassure quant à la destination de ces fonds, à l’efficacité de la destination de ces fonds au bon taux de restitution de ces fonds, par rapport à l’objectif et quant à l’utilisation efficiente de ce site en relation avec les objectifs et les besoins immédiats, notamment, le payement d’une partie des créances due aux sous-traitants, dont la majorité, nous nous en réjouissons, est constituée des entreprises locales. Entreprises que je voudrais par ailleurs féliciter pour leur sens du patriotisme mais aussi pour leur patience. La facilité mise en place par le ministère des Finances servira aussi à réaliser des approvisionnements et nous insistons dessus, des approvisionnements locaux, pour rendre l’infrastructure disponible dans les délais attendus », a indiqué le ministre des Sports. 

Un gain de 20% avec les exonérations fiscales et douanières

Au-delà du déblocage de cette somme, des facilités d’acquisition du matériel ont été offertes à Magil et à ses sous-traitants. « Je marque mon accord pour l’extension desdites facilités aux sous-traitants de Magil, en raison des urgences liées à l’achèvement des travaux de construction du Complexe d’Olembe, sans préjudice des contrôles visuels des services fiscaux et douaniers. J’adresse des instructions dans ce sens à mes services compétents », écrit Louis Paul Motaze, le ministre des Finances, le 14 avril 2021, répondant à une démarche de son collègue des Sports initiée le 12 avril. Le patron des Finances motive sa décision par ceci : « en application des termes de la lettre n°B43/SGPR du 9 mai 2016, relatif au régime fiscal des marchés de construction de la Can 2019, la société Magil est dispensée du payement direct de la TVA prise en charge par l’Etat afférent à l’acquisition locale de matériel et équipements et bénéficie des facilités douanières additionnelles ci-après : 

Enlèvement directe des matériels sur présentation d’une lettre caution morale du maître d’ouvrage ou d’une attestation de prise en charge vise à la consommation toutes taxes sur les fournitures matériaux et autres consommables ; admission temporaire au spéciale pour les engins et véhicules utilisés et liquidation de la première annuité ; admission temporaire normale pour les véhicules de tourisme, conformément aux recommandations issues de la réunion au Secrétariat général de la présidence de la République, sur le sujet ; prise en charge ultérieure des droits et taxes de douanes par le budget de l’Etat ». Et du coup, cette exonération des taxes et douanes sur le matériel de construction de ce stade produit des effets. 

« Le ministre des Finances a donné suite à cette démarche concernant un point qui, depuis plus d’un an, constituait une espèce de facteur bloquant. Nous voulons signaler ici à l’attention des uns et des autres, que pour l’ensemble des infrastructures sportives, le souci du Gouvernement a toujours été de faire des économies. Et de faire le maximum avec le peu disponible. C’est ainsi qu’à travers ces exonérations qui sont étendues aux entreprises locales, nous allons gagner 20% ; encore que s’il fallait y ajouter les différentes composantes douanières, ce serait plus élevé encore. Donc, cela est une preuve supplémentaire de la bonne disposition du Gouvernement à soutenir les entreprises qui l’accompagnent dans la mise en oeuvre des objectifs prioritaires de son action, en matière d’aménagement du territoire », s’est réjoui le Pr Narcisse Mouelle Kombi. 

Le stade d’Olembe pour abriter la cérémonie du tirage au sort du 25 juin 2021

L’objectif étant la Can, il est question de donner une priorité aux entreprises locale. « La facilité locale doit permettre l’achèvement, les finitions du Complexe. Mais, c’est sans préjudice du prêt international dont le Décret d’habilitation par le président de la République signé le 16 février dernier porte sur un emprunt d’un montant de 55 milliards FCfa auprès de BPI-France et de la SCB-Londres ; pas seulement pour la composante sportive. Mais pour l’ensemble di Complexe d’Olembe. Y compris le gymnase, la piscine et bien d’autres », a précisé le maître d’ouvrage. Estimant que ce Complexe sportif est à un état d’avancement qui est également évalué autour de 90%. Mais que, c’est dans le détail des 10% qu’il y a à mettre le Turbo, puisqu’il s’agit de finition. 

Et qui dit finition dit finesse, une certaine rigueur, une attention particulière pour les détails, pour l’esthétique et pour les commodités qui devront faire en sorte qu’au moment de la livraison définitive de cet imposant et important ouvrage, tous les facteurs de fonctionnalité et la disponibilité de l’ensemble de lots, y compris les lots technologiques, soient dans un état de fonctionnalité satisfaisant. « Razel a repris ses activités sur les VRD (voies et réseaux divers, ndlr) ; les espaces verts qui doivent permettre de sortir de cette physionomie de chantier permanent dont nous devions être sortis depuis longtemps. Ceci, pourquoi pas avant les délais de novembre, compte tenu de la cérémonie de tirage au sort prévue le 25 juin 2021. Nous souhaiterions être dans l’embarras de choix sur le lieu où sera organisée cette cérémonie de tirage au sort. Notre souhait étant qu’Olembe soit éligible en tout cas avant le 25 juin », espère le ministre des Sports. 

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo