CAMEROUN :: CEREMONIE D’HOMMAGE AUX VICTIMES DE LA CATASTROPHE DE GOUACHE:Eloge funèbre de NZETE Emmanuel :: CAMEROON
CAMEROUN :: CEREMONIE D’HOMMAGE AUX VICTIMES DE LA CATASTROPHE DE GOUACHE:Eloge funèbre de NZETE Emmanuel :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : La rédaction
  • mardi 12 novembre 2019 09:41:00
  • 1171

CAMEROUN :: CEREMONIE D’HOMMAGE AUX VICTIMES DE LA CATASTROPHE DE GOUACHE:Eloge funèbre de NZETE Emmanuel :: CAMEROON

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Représentant personnel du Président de la République, Chef de l’Etat ;

- Excellence Monsieur le Vice-premier ministre, Secrétaire Général du Comité Central du RDPC ;

- Excellence Monsieur le Président du sénat, représenté par son Directeur de Cabinet ;

- Excellences, mesdames et messieurs les membres du gouvernement ici présents ;

- Monsieur le Gouverneur de la région de l’ouest ;

- Monsieur le Gouverneur de la région du Nord-Ouest ;

- Monsieur le Préfet de la Mifi ;

- Messieurs les préfets des autres départements ;

- Honorables membres du parlement ;

- Honorable FONGANG Bernard, parrain des jeunes de l’Ouest ;

- Mesdames et messieurs les membres du GS30, conduits par leur président ;

- Mesdames et messieurs les autorités administratives, politiques, religieuses et judiciaires ;

- Honorables membres du clergé ;

- Leurs majestés les Chefs Traditionnels ;

- Bien-aimés frères et sœurs affectés par le récent sinistre de Gouache 4 ;

- Très chers compatissants, mesdames et messieurs ;

Permettez que d’entrée de jeu, je vous dise, excellences, mesdames et messieurs, combien grande est la charge émotionnelle qui m’habite en ce moment où le devoir m’impose de prendre la parole dans ce cimetière de fortune fortement dominé par une atmosphère à la fois lourde et triste. Toutefois, et malgré la consternation et l’émoi, je voudrai, au nom de nos vaillantes populations, souhaiter une très chaleureuse bienvenue à son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, représentant personnel du Président de la République, Chef de l’Etat à cette cérémonie funèbre. Je voudrais à la même occasion dire la déférente gratitude de nos populations aux membres du Gouvernement ici présent et à vous tous qui avez bien voulu mettre en berne toutes vos activités de ce samedi pour venir réconforter de votre présence effective et affective la ville de Bafoussam meurtrie par la disparition tragique et brutale de près d’une cinquantaine de ses enfants ;

Excellence monsieur le Premier Ministre Chef du Gouvernement, représentant personnel du Président de la République, Chef de l’Etat ;

Vous devez sans aucun doute le savoir, la nuit du lundi 28 au mardi 29 octobre dernier a été fatale pour certaines de nos populations habitant le quartier GOUACHE 4, et notamment ceux du bloc 6. En effet, Excellence Monsieur le Premier Ministre, au terme d’une journée de travail bien accomplie par ces frères et sœurs, ils étaient sereinement allés au lit le soir, pour se reposer des peines de la journée et se réveiller le lendemain sur leurs deux jambes pour affronter de nouveaux défis. Mais c’était sans compter avec la cruauté du destin. La nuit autour de 22 heures, un important éboulement de terrain s’est produit, des coulées de boue impitoyables les ont surpris dans leur sommeil et ils n’ont plus jamais revu le jour. Ainsi s’arrêtait la vie pour 43 d’entre eux. Des hommes, des femmes, des enfants et malheureusement aussi des fœtus, obligés de

mourir avant même la naissance. Un sinistre épouvantable, un drame d’une horreur insoutenable comme notre ville n’en a jamais connue par le passé. Et vous vous en doutez Excellence Monsieur le Premier Ministre, face à ce cycle infernal de désolation, nous avons crié de toutes nos forces et avons pleuré de toutes nos larmes. Des cris et des pleurs qui fort heureusement pour nous ont été vite stoppés par la riche et longue chaine de solidarité qui s’est spontanément créée autour de cet évènement malheureux. Oui, Excellence, Monsieur le Premier Ministre, il faut bien que je le souligne et à très grand trait. Face au sinistre de Gouache, les populations riveraines, toute la ville de Bafoussam, tout le département de la Mifi, toute la région de l’Ouest et l’ensemble du peuple camerounais ont fusionné en un seul corps social et ont, dans un élan de compassion et de solidarité apporté efficacement du secours aux victimes et tout le réconfort nécessaire aux rescapés et autres personnes affectées par la catastrophe. Dès la survenue du drame, les riverains ont volontiers donné l’alerte par leurs cris de détresse et la musique des casseroles. L’unité des sapeurs-pompiers et les forces de maintien de l’ordre dans toutes leurs composantes sont immédiatement intervenues et ont organisés avec professionnalisme les premiers secours. A l’hôpital régional de Bafoussam, son Directeur, le Professeur ENOW et tout son personnel ont urgemment mis en place un dispositif efficace pour accueillir les disparus et prendre les blessés en charge. En remerciant tous ces acteurs pour tous les sacrifices qu’ils ont consentis dans un élan de patriotisme, je voudrais dire toute la reconnaissance de la ville de Bafoussam à la grande et nombreuse communauté des bienfaiteurs qui s’est spontanément créée avec le fameux sinistre de Gouache. Et parmi les membres de cette grande communauté des bienfaiteurs, je voudrais citer le PDG de CONGELCAM, le Sénateur NGOUCHINGHE Sylvestre, qui en plus d’une importante contribution financière a décidé d’accueillir provisoirement dans des maisons lui appartenant plusieurs dizaines de rescapés. Je ne passe pas sous silence les dizaines de tonnes de nourriture et autres produits de première nécessité ainsi que les espèces sonnantes et trébuchantes que le ministre TCHUINTE Madeleine en bonne mère de famille nous a apporté avec amour. La ville de Bafoussam félicite également son altesse Ibrahim MBOMBO NJOYA, sultan roi des Bamoun, sénateur, membre du comité central et du bureau politique du RDPC, par ailleurs président permanent de la délégation régionale du comité central pour l’ouest, lui qui, pour le compte de notre grand parti national qu’il représente si valablement, a précédé sur les lieux du drame, Monsieur le Vice Premier Ministre Secrétaire Général du Comité Central du RDPC, selon un programme bien orchestré et mise en œuvre par ce dernier, pour réconforter les sinistrés, non sans leur apporter une contribution financière consistante. Je m’en voudrais de ne pas souligner ici et pour les en féliciter toutes les diligences et l’implication sans réserve des autorités administratives qui sous la houlette de Monsieur le Gouverneur ont tout mis en œuvre pour contrôler la situation, appuyé en cela par Monsieur le Préfet de la Mifi au four et au moulin en tant que patron du département ébranlé par le sinistre. Nous saluons à sa juste valeur la contribution du clergé qui a fait tenir plusieurs séances de prière pour le repos des âmes des disparus et le retour à la vie normale pour les rescapés. Nous voulons tout aussi féliciter les actions de tous les chefs traditionnels de la Mifi qui sont eux aussi descendus sur le site du drame et y ont organisé des rites sacrificiels pour purifier les lieux.

Mais s’il faut dire, excellence Monsieur le Premier Ministre, que de toutes ces contributions, celles du sommet de l’Etat a été des plus remarquables. Informé quelques minutes seulement après la survenue du sinistre, le Président de la République, Son Excellence Paul BIYA a dépêché manu militari sur les lieux de la catastrophe plusieurs membres du Gouvernement qui sont venus non seulement avec de pertinentes résolutions pour mettre fin à de telles catastrophes, mais aussi avec des poches bien pleines pour un retour rapide à la normale. Je fais là allusion à l’enveloppe lourde de 200 millions de francs CFA que le Chef de l’Etat, dans sa constante sollicitude pour notre ville a décidé de mettre à la disposition des sinistrés de Gouache. Et pendant que nous croyions que le Chef de l’Etat avait vidé son sac, il a dépêché à Bafoussam mardi dernier le ministre Paul ATANGA NJI, qui au cour d’une cérémonie très courue sur cette même place des fêtes, a remis avec amour d’importantes quantités de denrées alimentaires et autres produits de première

nécessité du couple présidentiel à près de 200 sinistrés de Gouache qui sont repartis avec du sourire sur les lèvres. Et en décidant de vous envoyer le représenter à Bafoussam aujourd’hui, en décidant aussi de faire de ce samedi 09 octobre 2019 journée de deuil national, le Président Paul BIYA donne la preuve, s’il en était encore besoin, que son amour et sa sollicitude pour la ville de Bafoussam sont indéniables. Les populations de Gouache et celles de la ville de Bafoussam se joignent à moi pour dire mille fois merci au Chef de l’Etat. Nous vous prions, excellence monsieur le Premier Ministre de dire au président Paul BIYA, que face au malheur qui nous accable en ce moment, nous trouvons aisément notre consolation dans la cure de jouvence qu’il est en train d’administrer à notre ville, cure de jouvence dont la mise en œuvre est conduite avec zèle et professionnalisme par l’intrépide madame Célestine KETCHA COURTES et le MINTP. A vous-même, excellence monsieur le premier ministre, la ville de Bafoussam par ma voix vous dit toute son admiration et vous adresse ses vives et chaleureuse félicitations pour la pédagogie, la maitrise, le courage et la dextérité avec lesquels vous avez conduit parfaitement le Grand Dialogue National. Bravo Excellence, pour les pertinentes propositions que vous avez su rassembler avec méthode à l’intention du Chef de l’Etat.

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

Je m’en voudrais de clore cette allocution sans lever un pan de voile relativement aux allégations à la limite dangereuses, développées par des calomniateurs et désinformateurs qui tentent désespérément d’entretenir sur les médias et sous les chaumières depuis la survenue de la catastrophe de Gouache. Il est bon que cela soit su de tout le monde ; depuis de très longues années, et avec l’appui technique et financier du Gouvernement de la République, la Communauté Urbaine de Bafoussam a doté la ville de deux importants documents d’urbanisme. Le Plan Directeur d’Urbanisme d’une part et le Plan d’Occupation des Sols, d’autre part. Ces deux précieux documents qui ont été tous approuvés par la tutelle nous ont permis entre autre de déterminer avec précision les zones interdites de constructions ou encore les zones dites « non constructibles », dont la liste exhaustive a fait l’objet d’une large diffusion auprès des populations. Malheureusement, certains de nos compatriotes, sans doute par ignorance y ont réalisé des constructions en toute illégalité, c’est-à-dire sans titre foncier et sans permis de construire. Et nous n’avons pas toujours eu l’audace suffisante pour démolir ces constructions. Nous nous sommes la plupart du temps limité à la sensibilisation, mais aussi aux sommations comme pour le cas de Gouache qui nous intéresse aujourd’hui. Des actions plus audacieuses nous ont valu des poursuites devant les tribunaux par certains de ces occupants sans droit ni titre. Nous pensons qu’avec ce qui nous est arrivé, avec son lot de conséquences épouvantables que chacun a vu, il va falloir désormais être sans pitié, en déguerpissant systématiquement tous ces occupants sans droit ni titre installées dans des zones interdites de construction, pour que de telles catastrophes ne se répètent plus.

M’adressant enfin aux sinistrés de Gouache ici présent, je voudrais tout en leur réitérant la compassion émue de la ville de Bafoussam, leur demander de ne point prêter l’oreille aux oiseaux de mauvaise augure qui inondent le ciel de la ville depuis la survenue de la catastrophe. Chers sinistrés, je vous exhorte à faire confiance seulement au gouvernement de la République et à personne d’autres. Faite attention aux pêcheurs en eaux trouble, aux politiciens avides d’électorat qui cherchent à profiter de votre déséquilibre psychologique pour vous faire croire en des choses qui ne sont réalisables que dans leur utopie de monde.

C’est sur cette exhortation que je souhaite à nouveau à Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, représentant personnel du Président de la République, Chef de l’Etat, une très chaleureuse bienvenue à Bafoussam, cette ville arc-en-ciel, creuset du vivre ensemble harmonieux, cette cité si chère au Chef de l’Etat et dont l’hospitalité légendaire des populations force l’admiration et inspire le respect.

Je vous remercie.

NZETE Emmanuel.

12nov.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo