CAMEROUN :: REACTION DE SERGE ESPOIR MATOMBA SUITE AU DISCOURS DE PAUL BIYA :: CAMEROON
CAMEROUN :: REACTION DE SERGE ESPOIR MATOMBA SUITE AU DISCOURS DE PAUL BIYA :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE CAMEROUN :: REACTION DE SERGE ESPOIR MATOMBA SUITE AU DISCOURS DE PAUL BIYA :: CAMEROON
  • Source : PURS
  • mercredi 11 septembre 2019 09:31:00
  • 2118

CAMEROUN :: REACTION DE SERGE ESPOIR MATOMBA SUITE AU DISCOURS DE PAUL BIYA :: CAMEROON

Le discours de Monsieur Biya hier soir est bien le signe qu’il suit nos différentes sorties. Il n’a peut-être pas accordé la grâce présidentielle que nous demandons depuis des mois pour les leaders inculpés dans l’enlisement dans la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, (toute chose que nous regrettons), mais les axes de solutions énoncées ce soir proviennent du projet de société du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale.

De nos premières sorties à celles les plus récentes, nous n’avons cessé de marteler l’impérative urgence du dialogue national inclusif.

D’ailleurs, le 26 Avril dernier, nous donnions une conférence de presse au cours de laquelle nous présentions un document d’une vingtaine de pages dont le titre fort évocateur était « Propositions pour une solution définitive à la crise anglophone ».

Ce livret énonçait les axes de lecture de cette situation « devenue insaisissable », disions-nous. Une analyse qui s’appuie sur les piliers administratif, territorial, éducatif et culturel. Exactement comme l’a fait Monsieur Biya aujourd’hui.

Sur le plan administratif, nous réitérions l’indispensable besoin de mise en œuvre de la décentralisation.

Sur le plan éducatif et juridique, nous décriions la création de divers sous-systèmes conformément aux sensibilités impérialistes laissées par les séquelles de la colonisation. Or nous proposions une harmonisation des systèmes scolaire et judiciaire.

Hormis toutes ces solutions durables reprises ce soir au cours du discours très attendu de Mr Biya, nous soulevions l’épineux problème de notre identité culturelle, nœud même de la résolution définitive des tensions qui règnent en ce moment. Il y a aussi l’incontournable solution du droit du sang au droit du sol, afin que tous les camerounais se sentent chez eux partout où ils se trouvent dans notre cher et beau pays.

Mais avant d’en arriver là, nous présentions succinctement la déclinaison que nous faisions du dialogue inclusif. Un dialogue défini par nous en 2016 autour de deux grands axes :

  • Les acteurs du dialogue (chefs traditionnels, leaders religieux, femmes d’influence, société civile, acteurs politiques et économiques, administration),
  • L’objet du dialogue qui correspond aux problématiques de la bonne gouvernance.

Pour continuer dans la logique de l’apaisement de la crise et du retour à la paix, en 2017 nous sommes montés au créneau pour dénoncer l’escalade de la violence, un communiqué à cet effet a été diffusé auprès de la presse nationale et internationale. Il était intitulé « Non à un Etat d’exception ». Quelques mois plus tard nous proposions la mise en place d’une « Force Tampon Nationale », médiatrice entre les groupes armés et les forces de défense.

Depuis lors, nous sommes de toutes les rencontres visant à la sortie de la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

Cette adresse de Mr Biya pourrait être un début de solution en espérant que la grande palabre se déroulera dans la sincérité. Quand il s’agit d’acte républicain, le PURS s’inscrit au premier rang de la construction de la cohésion sociale.

Un pays ne peut se bâtir dans le chaos, d’ailleurs les conséquences économiques de cette crise se font ressentir sur l’ensemble des activités que nous menons. Comme j’aime à le dire « Quelle que soit la durée d’un conflit, le retour à la paix passe par le dialogue », c’est un fait.

Nous prendrons part au dialogue.

11sept.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo