CAMEROUN :: Crise sécuritaire : Christian Tumi passe au plan B :: CAMEROON
CAMEROUN :: Crise sécuritaire : Christian Tumi passe au plan B :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • lavoixdukoat : Herman NOE
  • vendredi 23 août 2019 11:21:00
  • 2454

CAMEROUN :: Crise sécuritaire : Christian Tumi passe au plan B :: CAMEROON

Dans la longue attente du dialogue général anglophone, le Cardinal lance la croisade pour la paix. L’annonce a été faite lors d’une conférence de presse tenue le 21 août à la Salle des fêtes d’Akwa à Douala.

«Il est intolérable que cette année encore, des enfants camerounais par centaines de milliers puissent être privés d’école. Il est inadmissible que des Camerounais soient brutalement privés de moyens de subsistance pour eux-mêmes et pour leur famille. Il est insupportable que le risque de mort, pèse en permanence sur les habitants du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.» Ces mots martelés par Jean Jacques Ekindi ont donné le ton de la conférence de presse du 21 août 2019 à Douala.

Le président du Mouvement progressiste (Mp) partageait le panel avec Son Eminence Christian Tumi. «Nous qui ne le supportons plus –le climat d’insécurité dans les régions suscitées, ndlr-, le Cardinal Tumi, Jean Jacques Ekindi ainsi que beaucoup d’autres avons pris l’initiative d’appeler tous les Camerounais épris de paix à nous organiser pour que cesse l’intolérance», expliquent-ils. Et d’annoncer le lancement d’une croisade pour la paix, le jeudi 29 août courant.

La croisade qui prendra corps dans les «tous prochains jours» est comme une bouée de sauvetage face à la longue attente de la conférence générale anglophone. «Le dialogue ouvert et inclusif promis, attendu et tant espéré tarde à se mettre en place», confessent les orateurs. Qui précisent : «L’initiative populaire pour la paix que nous entendons mettre en place ne sera pas un chapelet d’incantations, de professions de foi, de véhémentes déclarations. La crise ne peut plus être soignée par la simple parole. La condamnation, l’anathème, la commisération, l’empathie et la miséricorde ont atteint leur limite.»

Des leaders religieux à la société civile en passant par les artistes, les médias, les acteurs culturels, les gardiens de la tradition, jeunes… tous les Camerounais sont appelés à apporter leur pierre à l’édifice de la paix sur l’étendue du territoire national. «De cette rencontre, émergera une organisation qui consacrera les adeptes de la paix, les activistes de la paix, les apôtres de la paix, les chevaliers de la paix et les seigneurs de la paix. L’assignation première de cette organisation sera de se déployer pour que dans le Sud-Ouest et le Nord-Ouest, les enfants retrouvent le chemin de l’école en toute sécurité. Il s’agira ensuite d’œuvrer pour que les activités économiques et sociales puissent reprendre, épargnées des risques de destruction et de violences. Enfin, contribuer à protéger les citoyens-femmes, enfants, hommes- qui manifestement ne prennent aucune part au conflit», concluent-ils.

23août
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo