CAMEROUN :: Un «mineur» condamné pour détournement des derniers publics :: CAMEROON
CAMEROUN :: Un «mineur» condamné pour détournement des derniers publics :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Kalara : O.M.
  • mardi 23 juillet 2019 02:57:00
  • 7611

CAMEROUN :: Un «mineur» condamné pour détournement des derniers publics :: CAMEROON

Jean Jacques Atangana (nom d’emprunt), un jeune homme de moins de 21 ans, sort de loin. Incarcéré à la prison centrale de Yaoundé Kondengui depuis juin 2018, il était accusé des faits de détournement de derniers publics. Il lui était reproché d’avoir soustrait cinq téléphones portables que l’accusation a évalués à 100 mille francs, six stylos à bille et des tee-shirts appartenant à la Cameroon Télécommunications.

Une infraction qui l’exposait à une peine d’emprisonnement ferme de dix ans au moins. Mais, le vendredi 12 juillet 2019, le Tribunal de première instance (TPI) de Yaoundé-centre administratif statuant en matière de délinquance juvénile, a été souple à l’endroit du jeune Atangana qui a plaidé coupable des charges retenues à son encontre. Le portail des camerounais de Belgique. Le juge a rendu son verdict en l’absence de la Cameroon Télécommunications (Camtel), la présumée victime, qui a brillé par son absence tout au long de ce procès. Lors de ses réquisitions finales, le magistrat du parquet a demandé au tribunal d’accepter le plaidé coupable de Jean Jacques Atangana et de le déclarer coupable des faits qui lui sont reprochés.

L’avocat de la défense a, quant à lui, plaidé les circonstances atténuantes en faveur de son client. Il a rendu sa décision en constatant l’absence de l’entreprise publique à l’audience alors que celle-ci pouvait mieux éclairer le tribunal dans cette affaire. Le tribunal qui a vidé son délibéré, a condamné Jean Jacques Atangana de cinq ans de prison avec sursis pendant trois ans. Le veinard Jean Jacques Atangana se tire donc d’affaires, épargné d’une peine d’emprisonnement ferme et du paiement des dommages et intérêts en guise de réparation du préjudice subi par l’entreprise publique de téléphonie mobile. Il retrouve ainsi sa liberté dans les prochains jours.

En l’absence du plaignant à l’audience du 12 juillet, le représentant du parquet a relaté les faits qui ont abouti à la condamnation de Charles Atangana. Selon lui, le 10 juin 2018, le mis en cause a été surpris en possession de nombreux effets appartenant à la Camtel. Interpelé et mis en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé Kondengui, il a toujours reconnu les faits mis à sa charge. Le magistrat du parquet a ensuite relevé que l’entreprise publique de téléphonie mobile n’a pas pu, jusqu’à la phase finale de la procédure, estimé le coût réel des effets qui ont été volés par le jeune homme.

23juil.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo