CAMEROUN :: Remplacement de Lottin Same à Douala 1er : Jean Michel Nintcheu dénonce le maire et le préfet :: CAMEROON
CAMEROUN :: Remplacement de Lottin Same à Douala 1er : Jean Michel Nintcheu dénonce le maire et le préfet :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Camer.be : Franck BAFELI
  • jeudi 20 juin 2019 11:03:00
  • 2496

CAMEROUN :: Remplacement de Lottin Same à Douala 1er : Jean Michel Nintcheu dénonce le maire et le préfet :: CAMEROON

Le remplacement d’Adolphe Lottin Same, adjoint au Maire de Douala I décédé a fait des gorges chaudes au sein de son parti le Social Democratic Front (SDF). Dans une communication parvenue à notre rédaction, Jean Michel Nintcheu, député et président provincial du parti pour le littoral dénonce une violation de la loi. En pointant le doigt accusateur sur le maire Lengue Malapa et ses Camarades du RDPC, parti majoritaire et le préfet tutelle administrative de la mairie.

Intégralité de la correspondance.

Les dispositions de l'article 60 alinéa 1 de la loi de 2004 fixant les règles applicables aux communes ont été violées.

Cet article dispose sans ambiguïté que le maire est élu au scrutin uninominal et les adjoints au maire sont élus au scrutin de liste. Il est clair de par la loi que c'est la liste des adjoints au maire qui est élu et non un seul adjoint au maire. Pour qu'il y ait par extraordinaire une élection pour le remplacement d'un adjoint au maire, il faudrait absolument remettre sur la table toute la liste des adjoints et procéder à l'élection de l'ensemble de cette la liste. Ce qui n'a nullement été le cas. Le maire Lengue Malapa, président du conseil a à n'en point douter violé la loi. Avec la complicité active des conseillers municipaux majoritairement de son parti à savoir le Rdpc, il a choisi un de ses "camarades" du Rdpc en remplacement du défunt adjoint au maire du SDF. Le silence complice du Préfet du département du Wouri, tutelle des communes, administre une fois de plus la preuve que l'objectif de cette manœuvre totalement illégale est de fragiliser à tout prix et à tous les prix les partis politiques d'opposition dans le département du Wouri. Ce qui s'est passé à Douala 1er constitue une provocation de trop. Ceux qui ont participé de près ou de loin à ce braquage des textes au point de violer les dispositions de la loi ainsi que les directives du Président national du SDF assumeront l'entière responsabilité de tout ce qui suivra. Nous ne saurions accepter que le Rdpc avec la complicité des autorités administratives acquises à la solde des nébuleuses bien connues décide de qui remplacera un adjoint au maire SDF

décédé. C'est inacceptable et l'autorité administrative de tutelle devra assumer les conséquences qui en découleront en cas de validation de cette mascarade.

Honorable Jean Michel Nintcheu

Président régional SDF pour le Littoral.

20juin
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo