CAMEROUN :: Paul Eric Djomgoué : Le dialogue engagé n’a jamais cessé :: CAMEROON
CAMEROUN :: Paul Eric Djomgoué : Le dialogue engagé n’a jamais cessé :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Mutations : Pascal Dibamou
  • samedi 25 mai 2019 13:13:00
  • 1964

CAMEROUN :: Paul Eric Djomgoué : Le dialogue engagé n’a jamais cessé :: CAMEROON

L’élu de la nation décrypte la dernière actualité et donne son avis sur la main tendue du chef de l’Etat aux sécessionnistes.

A votre initiative, une équipe permanente d’Elections Cameroon est installée devant vos bureaux à Yaoundé pour enrôler de nouvelles personnes sur les listes électorales. Cette opération est-elle courue ?
Après chaque scrutin comme ce fut le cas avec l'élection présidentielle, il est important, en attente de nouvelles échéances, de procéder aux toilettages des listes électorales. Elections Cameroon ayant ouvert cette opportunité afin que ceux des citoyens qui n'ont pas pu voter se rattrapent, nous avons reçu au niveau de mon cabinet parlementaire, de nombreuses demandes des populations et des militants de mon parti, le Rdpc, pour les aider à se mettre en règle. Répondant favorablement à leurs demandes, j'ai, en tant qu'acteur politique, sollicité la mise à disposition d'un kit à l'effet d'inscrire ceux qui sont dans les dispositions de l'être, mais aussi ceux qui obéissent aux règles édictées par la loi électorale. Jusqu'ici, l'opération se déroule sans aucun problème et j'ai pu également constater qu’elle est très courue.

N’est-ce pas là une démarche individuelle qui pourrait vous valoir l’animosité de certains de vos camarades du Rdpc ?
Je suis élu de la nation et comme je le signalais plus haut, acteur politique dans ma circonscription Yaoundé II. Je pense qu'en tant que premier bénéficiaire des suffrages des populations, je dois particulièrement m'intéresser à l'inscription sur les listes électorales. Bien évidemment et, étant militant et membre titulaire du Comité central du Rdpc, un parti organisé, je dois me conformer aux instructions de la hiérarchie. L'info claire et nette. Donc, toutes les précautions ont été prises au niveau du président de la section Rdpc du Mfoundi II qui est informé. Il en est de même de plusieurs autres actions que je mène dans différents domaines avec le président de section. Il ne s'agit nullement d'une action personnelle, mais plutôt d'une contribution citoyenne. Voyez-vous, il s'agit de tout un processus qui requiert certaines exigences dont la possession de la carte d'identité et l'acte de naissance. L’opération que nous menons en ce moment m'a permis de me rendre à l'évidence que bon nombre de compatriotes en âge de voter n'ont ni carte nationale d'identité, ni acte de naissance. Nous essayons dans la mesure du possible, de juguler tous ces problèmes à la fois, et je pense humblement que c'est très utile, voire nécessaire.

Le Chef de l’Etat vient d’annoncer la relance du dialogue en vue de la résolution de la crise anglophone. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle ?
A mon sens, il s’agit aujourd’hui d’un coup d’accélérateur souhaité par le président de la République, Son Excellence Paul Biya qui, ne l’oubliez pas, nous a tous invités à être des « mendiants de la paix ». J’ai bonne mémoire qu’au niveau institutionnel, depuis le début de la crise, le dialogue engagé n’a jamais cessé. Il est demeuré permanent. J’en veux pour preuve, la création du ministère de la Décentralisation et du Développement local, la création de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, la création du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration, la mise en place d’une Plan d’assistance humanitaire d’urgence, la réforme de l’Enam, de la Cour suprême et bien d’autres mesures. Dans cette posture, il est demeuré à l’écoute de ses populations et a toujours appelé au dialogue. Je garde en mémoire ce constant appel de nouveau exprimé à l’occasion de sa prestation de serment devant le Parlement. Camer.be. D’ailleurs, on aurait pu être en face d’une plus grande escalade si les résultats obtenus lors des différentes rencontres entre les mouvements corporatistes d’alors et le gouvernement, n’avaient pas abouti à la satisfaction quasi-totale des revendications mises sur la table. Pour finir, je voudrais apprécier le sens de leadership affiché par Son Excellence monsieur le Premier ministre Dion Ngute qui, en bon émissaire du chef de l’Etat, a su apporter cette touche particulière de proximité qui depuis le début de sa tournée, semble avoir touché le coeur des populations. Nous devons donc tous rester vigilants et continuer de prier Dieu ensemble, afin que la paix revienne dans ces deux régions sans lesquelles la stabilité et l’unité nationale ne peuvent être totales.

25mai
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo