Cameroun: la culture du mépris diplomatique chez les Sardinards :: CAMEROON
Cameroun: la culture du mépris diplomatique chez les Sardinards :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : CL2P
  • vendredi 15 mars 2019 12:05:00
  • 3497

Cameroun: la culture du mépris diplomatique chez les Sardinards :: CAMEROON

L’arrivée imminente en visite officielle au Cameroun du Sous-Secrétaire d’État américain aux affaires africaines Tibor Peter Nagy alimente depuis quelques jours les discussions entre les partisans du Président Biya et ceux de son principal opposant séquestré, le Pr. Maurice Kamto .

Parce que M. Nagy a explicitement demandé la libération de ce dernier et des membres de sa coalition présidentielle, avec lesquels il est incarcéré arbitrairement depuis le 28 janvier 2019 par le dictateur camerounais, sous le motif fallacieux (entre-autres) d’une « incitation à l’insurrection », après leur participation à la Marche Blanche interdite le 26 janvier sur tout le territoire camerounais.

Le régime de Yaoundé a visiblement opté de recevoir l’officiel américain dans une certaine « indifférence » voire une forme de mépris souverain, qu’il a su propager dans les rangs de ses partisans qui ne perdent pas l’occasion de vous rappeler que M. Tibor Peter Nagy n’est qu’un, je cite: « sous-sécrétaire d’État » américain qui n’aurait aucun ordre à donner à son « Excellence Le Président Fondateur Père de la Nation » Paul Biya, et ne devrait surtout pas s’ingérer dans les affaires (entendez judiciaires et politiques) camerounaises (le Cameroun étant un État voulu souverain).

Loin de moi l’envie de me perdre dans cette polémique imbécile qui procède d’une certaine ignorance du fonctionnement des institutions américaines , notamment des positions d’influence en matière diplomatique au sein des différents cabinets présidentiels (car M. Nagy est d’abord un membre éminent de l’administration Trump et séjournera au Cameroun à ce titre). Je voudrais simplement appeler M. Biya et ses partisans à une certaine retenue, notamment tous ceux qui parmi eux seraient tentés d’humilier ouvertement l’émissaire de Donald Trump.

Je fais pour cela appel à un souvenir d’enfance dans un des quartiers populaires de Yaoundé (Etoa Meki pour ne pas le citer) où j’ai grandi avec mon fidèle ami Olivier J. Tchouaffe.

En effet, dans une de nos sorties, nous avions aperçu le premier président camerounais Ahmadou Ahidjo (1958-1982) dans notre quartier alors qu’il offrait un tour de la ville à son invité de marque américain Andrew Young, compagnon de Martin Luther King dans la lutte en faveur des droits civiques et surtout premier noir américain à avoir occupé le poste ô combien stratégique d’ambassadeur américain aux Nations-unies sous la présidence de Jimmy Carter. Enfants grandissant dans un quartier populaire sous une dictature implacable et un culte de la personnalité, nous ne comprenions d’emblée pas pourquoi le « grand timonier » Ahmadou Ahidjo se donnait tant de mal à faire le tour de Yaoundé avec « juste un (pour nous) inconnu ambassadeur américain ».

Toute l’importance de l’attitude en diplomatie internationale…

À la différence de son successeur Paul Biya, Ahmadou Ahidjo qui n’avait pourtant jamais suivi un cours de relations internationales, avait parfaitement assimilé le jeu de rôles en matière de politique internationale au sein des différentes administrations américaines (toutes les formations politiques confondues), et surtout ce que son régime tyrannique pouvait tirer en termes de prestige, de réputation, et de soutien international en entretenant une relation cordiale et respectueuse avec des personnalités éminentes (même de second rang) de l’échiquier politique et diplomatique américain.

Car Tibor Peter Nagy, bien que « seulement Sous-secrétaire américain aux affaires africaines » est celui qui s’occupe directement des dossiers sur le Cameroun au sein de l’administration Trump, et peut ainsi considérablement influer la position de celle-ci, non seulement sur la relation bilatérale des États-unis avec le Cameroun, et même sur la scène internationale… à partir uniquement des conclusions qu’il pourrait tirer du manque d’intérêt voire du mépris affiché par ses hôtes pendant son séjour au Cameroun.

Alors Prudence…Un peu de respect envers un partenaire d’importance pour le Cameroun et les Camerounais.

Joël Didier Engo, Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

http://www.cl2p.org 

15mars
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

canal de vie

Vidéo