Malédiction démocratique en Afrique Centrale Francophone? :: AFRICA
Malédiction démocratique en Afrique Centrale Francophone? :: AFRICA
 
AFRIQUE :: POINT DE VUE
  • Correspondance : CL2P
  • vendredi 15 février 2019 09:02:00
  • 2199

Malédiction démocratique en Afrique Centrale Francophone? :: AFRICA

Au Cameroun le principal opposant Maurice Kamto et ses Camarades ont été déférés mardi 12 février en début de soirée devant le tribunal militaire de Yaoundé dans un spectacle de crucifixion et de despotisme légal comme sait faire le régime de Yaoundé, puis transférés dans la nui au donjon médiéval du dictateur Paul Biya, la prison centrale Kondengui.

Leurs partisans étaient regroupés devant ce tribunal, et ont ainsi pu voir des membres d’une coalition des partis et des personnalités de la société civile ayant soutenu un candidat se revendiquant vainqueur à une élection présidentielle, se faire inculper par un commissaire du gouvernement pour entre-autres «rébellion», «insurrection», et «hostilité contre la patrie».

Nous demandons naturellement leur libération immédiate, sans autre forme de procès.

Parce que nous considérons que dans aucun état de droit et sous aucune démocratie, manifester y compris sans autorisation ne doit ou ne peut valoir de comparaître de la sorte devant un tribunal militaire, quel que soit le motif. À plus forte raison lorsque les accusés sont des femmes et des hommes politiques, ou des militants d’un parti politique légalisé, exerçant ses activités et revendiquant de manière pacifique le respect des suffrages réellement exprimés à l’issue d’un scrutin contesté, dans le cadre des institutions et des lois de la République du Cameroun.

Pour notre organisation, les personnes qui ont ordonné l’arrestation de ces politiciens et militants sont véritablement déséquilibrés qu’il n’est pas bon de les avoir à la tête d’une société et, surtout, elles ne devraient jamais être autorisées à détenir autant de pouvoir. Le CL2P inclut évidemment dans cette catégorie tous les politiciens et les employés du gouvernement impliqués dans la chaîne de décisions controversée, du Président de la république aux fidèles exécutants à ses ordres. Tous ont , d’une certaine manière ordonné, toléré, ou participé à ce qui s’apparente effectivement à une pratique singulière de torture sur des adversaires politiques. Il est particulièrement répugnant pour le CL2P que ces tristes personnages prétendent en plus le faire pour « protéger » l’ordre public. Le CL2P considère que les Camerounais n’ont ni demandé une telle protection, ni ne la veulent, et c’est un mensonge d’État, parce que ce qu’‘ils « protègent » en réalité n’est autre leur propre mainmise sur le pouvoir.

Qu’est-il donc arrivé?

En effet, des années de dictature sclérotique résistent encore à une vague de politiques progressistes qui a balayé la sous-région depuis le début des années 90. De nombreux États autoritaires, dans notre sous-région arriérée, restent ainsi forts, étayés par des années de réseaux très ancrés de clientélisme, d’intérêts acquis, et de soutien régional ou international, notamment la Françafrique.

Les mouvements d’opposition sont également minés par des désaccords idéologiques, des divisions ethniques, une précarisation sociale organisée et même parfois un phénomène de mendicité ou autres, et une répression déterminée et brutale. Des messages inspirants en faveur de la promotion des droits de l’Homme et des institutions démocratiques, tels que ceux véhiculés par le CL2P, ne peuvent toujours pas rivaliser avec ces formidables appareils de répression et la machine de propagande du régime en place. Il s’agit indiscutablement d’un travail de longue haleine.

Le CL2P et la politique de l’espoir radical

Il est vrai que dans une société dominée par les sociopathes et les psychopathes, parler d’empathie et de compassion est perçu comme de la faiblesse et de la naïveté. Cependant, face aux pertes, aux angoisses et aux peurs, il est important de discuter de notions telles que l’espoir radical.

L’idée de «Radical Hope» vient notamment du titre d’un livre écrit par Jonathan Lear de l’Université de Chicago en 2007. Lear y définit le terme «Radical Hope» de manière très précise: comment conserver de l’espoir face à un désespoir extrême, qui est essentiel à la survie de l’homme? » «L’espoir radical» est un effort conscient d’être informé de notre environnement. «L’espoir radical» n’est pas un rejet joyeux, ni une ignorance de la gravité de notre situation, mais plutôt une conscience accrue de ces choses et une volonté de croire qu’elle peut être différente. Précisément un avenir qui offre des choix aux gens.

Dans le monde d’aujourd’hui, on peut se sentir submergé par de graves problèmes, tels que la discorde politique et les perturbations économiques, pouvant rendre une personne, une communauté, ou une société entière submergée par la peur de l’avenir et même se sentir en danger. Le CL2P continuera néanmoins malgré l’angoisse latente à se battre pour souligner les pratiques d’immoralité et pointer les vrais criminels, afin d’être en mesure de proposer des options permettant d’envisager une amélioration la situation catastrophique actuelle.

Notre organisation refusera toujours de s’incliner devant le sentiment de paralysie et de statu quo, que le régime de Yaoundé nous instille, puis à déconstruire ces théories complotistes qui ne contribuent en rien à notre lutte d’émancipation.

Ça suffit!

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

http://www.cl2p.org 

15févr.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

canal de vie

Vidéo